Expériences de nature et langage

Journée d’étude, le 5 novembre 2021, à l’Université de Neuchâtel

L’Institut de psychologie et éducation de l’université de Neuchâtel, en partenariat avec le Centre d’écologie et des sciences de la conservation (CESCO), centre de recherche affilié au muséum national d’Histoire naturelle de Paris, organise une journée d’étude publique autour de la thématique des expériences de nature et du langage.

À l’heure de ce qu’aucun appelle la « sixième extinction de masse » (Ceballos et al. 2015) et d’autres l’« annihilation de la biodiversité » (« biodiversity annihilation » ; Ceballos, Ehrlich, et Dirzo 2017), il est aujourd’hui bien documenté que la plupart des êtres humains, du moins en Occident, perdent progressivement « contact » avec la nature (ici entendu au sens du monde vivant non-humain) dont ils s’éloignent physiquement (Miller 2006) et psychologiquement (Miller 2005 ; Louv 2008 ; Soga et Gaston 2016). De plus, le fonctionnement de notre mémoire implique que nous ne percevons que très partiellement les transformations radicales qui affectent nos environnements naturels. On parle à ce propos d’« amnésie environnementale » (Kahn 2001) ou d’« amnésie écologique » (Dubois 2012). Au niveau culturel, on constate que la diversité naturelle est de moins en moins représentée dans le cinéma, la littérature, la musique, etc. (Kesebir et Kesebir 2017), notamment dans les productions de langue anglaise, comme si celle-ci disparaissait de notre socle culturel commun. On peut faire l’hypothèse que les productions francophones vont dans le même sens.

Parallèlement et de façon certainement corrélée à ces précédents phénomènes, certains auteurs font l’hypothèse d’une « extinction de l’expérience de nature » chez les humains (Pyle 1993 ; Soga et Gaston 2016). En définissant ces expériences de nature comme des rencontres transformatrices avec des éléments de nature, vécues d’une multitude de façons différentes – par le biais de connaissances, d’émotions, de sensations corporelles, etc. (Prévot et Fleury 2017 ; Clayton et al. 2017) qui s’inscrivent toujours dans des contextes sociaux, politiques et culturels, on peut considérer que leur « extinction » est liée aux transformations des modes de vie modernes, et aux représentations sociales qui les accompagnent. En retour, cette extinction normalise et reproduit ces modes de vie et représentations sociales.

Dans ce contexte, les sciences du langage peuvent jouer un rôle important pour étudier la construction sociale, voire la reproduction sociale de ces phénomènes au niveau langagier. Elles peuvent aussi interroger les enjeux sociaux et politiques qui y sont impliqués, notamment via la tradition de l’analyse du discours. Elles intègrent qui plus est des outils permettant d’appréhender les liens entre cette évolution de nos expériences de nature et celle de la diversité linguistique et culturelle (Mühlhäusler 2001) et notamment dans les situations diglossiques. Nos disciplines peuvent enfin questionner la façon dont ces expériences se construisent, se partagent et évoluent dans les discours et interactions ainsi que les formes langagières, peut-être minoritaires ou à construire, qui pourraient s’opposer à ces évolutions et contribuer à reconstruire du contact entre les sujets humains et la nature à laquelle ils appartiennent biologiquement. La sociolinguistique, l’écolinguistique (Fill et Penz 2007 ; Stibbe 2018) et ses recours à l’analyse du discours (Goatly 1996 ; Döring et al. 2008 ; Alexander 2010) ou encore l’analyse interactionnelle, et toutes les disciplines connexes, pourront être mobilisées et mises en dialogue autour de notre objet commun.

Contact : thierry.deshayes@unine.ch


Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en communication scientifique et environnementale Université Grenoble Alpes (UFR LLASIC Institut des Médias et de la Communication) Conservatrice du Patrimoine Naturel (Ville de Grenoble)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search