Appel à communications : “Fiction scientifique du langage : traduire et communiquer le désastre à venir” (Université de Sherbrooke)

Information publiée le 27 décembre 2019 par Université de Lausanne  (source : Philippe Theophanidis)

Le 21 février 2020

Université de Sherbrooke (Québec, Canada)

“Fiction scientifique du langage : traduire et communiquer le désastre à venir”

Coorganisé par Philippe Theophanidis et René Lemieux, 4 et 5 mai 2020, dans le cadre du 88e Congrès de l’Acfas à Sherbrooke, 4-8 mai 2020.

Ce colloque s’appuie sur un double constat. D’une part, nous nous confrontons aujourd’hui à des enjeux de société d’une telle ampleur qu’ils testent les limites de nos langages et, conséquemment, de nos savoirs. À titre d’exemple, l’impact humain sur l’environnement est tel qu’un nouveau terme a été trouvé pour désigner l’ère géologique ainsi affectée : l’anthropocène. D’autre part, nombre de ces enjeux soulèvent présentement la question pressante de leurs effets à venir. Ils télescopent ainsi le futur dans l’actualité de nos recherches et forcent par la même occasion nos savoirs vers l’anticipation et la spéculation. Nos modes de vie actuels, avec la crise climatique qu’ils engendrent, exigent par exemple de considérer aujourd’hui les conditions de vie des prochaines (Into Eternity, 2010).

Comment élaborer? Quel mode de communication peut enjamber les générations pour rejoindre des mondes qui n’existent pas encore? Pour explorer cette problématique, nous proposons de soumettre les sciences du langage que sont la traduction et la communication à un exercice de spéculation scientifique. Le thème général de « science/fiction » viendra désigner le champ de cet exercice. Loin de s’opposer au réel, l’exercice nécessaire de la « fiction » acquiert dans ce cadre une urgence actuelle : l’anticipation devient elle-même une méthode de recherche rigoureuse et nécessaire.

Appel – Le colloque réunira des chercheurs et des chercheuses qui développent et travaillent des imaginaires de la communication et de la traduction, à la fois dans leurs méthodologies que dans leurs objets d’étude. Ces « imaginaires » ne se veulent pas des pensées en retrait du réel, mais au contraire une appréhension des conditions d’émergence d’autres réels possibles. Comme de surcroît la crise qui nous occupe déborde le présent jusqu’à mettre en péril la possibilité même d’un futur partagé, notre travail doit lui aussi s’orienter vers le futur : l’impensable de notre condition actuelle – ses crises climatiques et politiques – se confronte à l’exploration de figures limitrophes, au seuil du présent et de l’avenir, à cheval entre la fiction et le réel. Des sites d’enfouissement nucléaire en préparation au concept incommensurable de demi-vie nucléaire en passant par le disque d’or gravé installé sur la sonde Voyager, jusqu’aux cas fictifs de crise climatique (du Stalker de Tarkovsky au White Noise de Don DeLillo), nous invitons les chercheurs et chercheuses à explorer les confins futuristes des possibilités communicatives. Spécifiquement, le colloque invite donc les participant·es à explorer deux pistes de réflexion complémentaire : 1) penser les manières qu’ont les sciences de la traduction et de la communication d’explorer les fictions possibles du langage; 2) analyser en quoi la spéculation et l’anticipation permettent une conceptualisation des sciences du langage.

Critères de sélection – Les critères d’évaluation des communications seront la pertinence du propos en rapport au colloque (40%), l’avancement aux sciences du langage proposé (30%) ainsi que l’originalité de la contribution (30%).

Format – Le colloque se déroulera sur une journée et demi. Chaque présentation durera 30 minutes, suivie d’une période de questions de 15 minutes.

Les participant·es intéressé·es doivent soumettre un titre de proposition (180 caractères maximum, espaces comprises) ainsi qu’un résumé de proposition (1500 caractères, espaces comprises) au plus tard le 21 février 2020. Les propositions doivent être communiquées à René Lemieux (Rene.Lemieux@USherbrooke.ca) ou Philippe Theophanidis (theop@yorku.ca).

Dates à retenir:

Date limite d’envoi des propositions : 21 février 2020
Date limite pour se créer un compte utilisateur sur acfas.ca : Fin février 2020
Date limite pour bénéficier du tarif préférentiel d’inscription : 12 avril 2020

RESPONSABLE :

 Philippe Theophanidis

URL DE RÉFÉRENCE

https://www.facebook.com/events/977862332593293/

ADRESSE

Université de Sherbrooke (Québec, Canada)

Appel JPI-Climate – SOLSTICE – Enabling Societal Transformation in the Face of Climate Change

SOLSTICE is a joint transnational call for proposals. We’re inviting the Social Sciences and Humanities to take the lead and submit proposals that address the societal impact of climate change.

SOLSTICE consists of 10 European countries, who have partnered to offer funding opportunities to all SSH communities. If you have an innovative proposal that can inform or even trigger change, submit it to us on this platform!

‘We need to manage a major transition or it will manage us. The insights of Social Sciences and Humanities are essential to informing a positive transformation in the face of climate change’ – Frank McGovern, Joint Programme Initiative Climate Chair.

Transformational change requires innovative approaches and novel interdisciplinary collaboration. We encourage inclusion of those who are not traditional participants in climate change research, as well as outreach to non-scientific societal actors. Building on emerging trends of research, we want your proposal to address one or more of the following topics:

Social justice and participation

Sense making, cultural meaning and risk perception

Transformative finance and economy

Our submission platform is online, however the website is still undergoing some modifications. Some data entry fields may change in the coming week, but you are welcome to create your account and start building your proposal. We’ll be accepting proposals until the 3rd of February 2020. To learn more about the call and the full scope of our topics, please read our guidelines for applicants!

SOLSTICE is launched by the Joint Programming Initiative “Connecting Climate Knowledge for Europe” (JPI Climate) is a pan-European intergovernmental initiative gathering European countries to jointly coordinate climate research and fund new transnational research initiatives that provide useful climate knowledge and services for post-COP21 Climate Action.

Prix Marie-Dominique Hagelsteen en faveur d’une publicité responsable : appel à candidatures

L’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité, France) ouvre pour la seconde année consécutive via son Fonds de dotation, un appel à candidature relatif à la double compétition des Prix Marie-Dominique Hagelsteen en faveur d’une publicité responsable.

Les « professionnels » ont jusqu’au 2 décembre 2019 pour déposer leurs dossiers, ainsi que les « académiques-chercheurs-auteurs » ; pour ces derniers, le Fonds de dotation de l’ARPP verse 5000 €.

N’hésitez pas à relayer dans vos cercles respectifs, s’il n’y a qu’un gagnant par Prix, l’ARPP communique largement sur toutes les contributions et initiatives reçues et étudiées par le Jury qui se réunira en début d’année.

Colloque Innovations en gestion de la transition et des risques climatiques, 4 et 5 novembre 2019

(du site du colloque) Que pensons-nous, imaginons-nous et faisons-nous de nouveau depuis 3 ans en matière de gestion des risques climatiques ?

Ce colloque de deux jours part à la découverte des nouvelles représentations, des nouveaux outils et des nouvelles expérimentations en matière de gestion des risques climatiques et d’adaptation aux changements climatiques afin de permettre aux parties prenantes de trouver ensemble des solutions cohérentes et adaptées à ces changements qui représentent un défi majeur du XXIème siècle.

Il s’agit principalement de mettre en lumière les approches innovantes qui se présentent comme des options intéressantes pour faire face aux enjeux du changement climatique. La mise en commun d’expériences et les regards croisés entre chercheurs, praticiens et membres de la société civile devraient permettre de discuter d’innovations avec passion, rigueur et pertinence.

Une trentaine de conférenciers interviendront au cours de ce colloque programmé les 4 et 5 novembre 2019 (voir le programme).

Le colloque est gratuit pour tous mais il est nécessaire de s’inscrire pour pouvoir avoir accès aux activités et profiter des interventions à distance.

Fake news et climat : rencontre et article de Nicole D’Almeida

à l’occasion de la parution du numéro “Climat et fake news : le vrai du faux” de l’hebdomadaire le 1, réalisé en partenariat avec Sorbonne Université, découvrez la présentation de l’article écrit par Nicole d’Almeida, professeure au CELSA-Sorbonne Université, intitulé “Comment le climat est devenu l’affaire du siècle”.

Nouvelle publication : “Les recherches en communication environnementale, état des lieux”

Nous signalons la publication d’un article scientifique qui fait le point sur les publications en français sur la communication environnementale, disponible en ligne sur le site de la revue “Communication” :

Andrea Catellani (UCLouvain), Céline Pascual Espuny (Université d’Aix-Marseille), Pudens Malibabo Lavu (UCLouvain) et Béatrice Jalenques Vigouroux (INSA Toulouse), « Les recherches en communication environnementale », Communication [En ligne], Vol. 36/2 | 2019, mis en ligne le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/communication/10559 ; DOI : 10.4000/communication.10559

Résumé de l’article : Le présent article dresse un bilan bibliographique diachronique des recherches publiées en langue française dans le champ de la communication environnementale (articles scientifiques, thèses doctorales et livres). Les auteures retracent d’abord l’émergence de ce champ avant de définir, en deuxième partie, quelques termes cruciaux. Après avoir présenté la méthodologie, elles reconstruisent, dans une troisième partie, le parcours historique du développement des recherches sur la communication environnementale, ce qui leur permet de contribuer à une cartographie des recherches existantes aujourd’hui. Les conclusions portent sur l’état actuel de ce domaine de recherche.

Journées d’étude inaugurales, 17 et 18 juin 2019 : un compte rendu

Amel Allik a réalisé un compte rendu des journée inaugurales du GER sur le site français Sircome.fr. Nous publions ici le lien vers l’article, en remerciant Amel Allik et Mathieu Jahnich

Read More at http://sircome.fr/com-environnementale-le-role-de-la-recherche-dans-la-comprehension-du-monde/, Written by Mathieu Jahnich, Copyright © Sircome.fr

Journées d’études inaugurales du GER : Aix-en-Provence, 17-18 juin 2019

Ces premières journées d’étude ont un double objectif : présenter les dernières recherches francophones en cours sur la communication environnementale et constituer physiquement ce réseau.

Programme des journées d’études :


Inscrit dans l’espace public international dès les années 70, l’environnement est aujourd’hui à la source de multiples écritures, récits et débats dans nos sociétés. Il couvre désormais un périmètre discursif large et matriciel, où des notions comme l’écologie, la transition écologique, le développement durable, la responsabilité sociale des entreprises (RSE, qui inclut une dimension environnementale), l’anthropocène, et même l’effondrement, traduisent par prisme des réalités physiques, économiques, politiques, scientifiques mais aussi culturelles et symboliques liées mais différentes. Ces réalités sont repérables continuellement dans le champ de la communication, publique et privée, professionnelle, experte ou profane, stratégique ou spontanée.


Par rapport à ces thématiques, très vite les problèmes d’information ou de communication ont été pointés, à de multiples niveaux. Environnement, Science et Société sont imbriqués, et la communication environnementale est en même temps un facteur et un produit de cette imbrication. La pratique communicationnelle sur l’environnement, notamment dans sa dimension professionnelle et organisée, est observée souvent dans une situation proche de la double contrainte : reconnue et attendue comme un puissant levier de prise de conscience et de changement, mais portant le poids d’années de greenwashing et autres travers – sans parler des suspicions anciennes de propagande et de manipulation – qui ont entraîné une méfiance latente envers elle.


Ces premières journées inaugurales du GER Communication, Environnement, Science et Société se focalisent sur les questions, les relations, les tensions et les synergies qui existent entre ces quatre pôles clé. Nous voulons comprendre ensemble comment les SIC (sciences de l’information et de la communication) peuvent avoir une place dans l’analyse de cette imbrication, sur le plan des approches, des méthodologies et de la contribution théorique. Comment concrètement se développent, et comment peut-on développer, des formes d’interdisciplinarité et de collaboration entre disciplines ?


Nous voulons aussi réfléchir aux formes meilleures de contribution des SIC à la transition écologique, en conservant une attitude scientifique et objective : le défi de la relation entre recherche et engagement est donc à assumer, dans ce domaine aussi comme dans d’autres.

Lieu du colloque :

IUT Aix Marseille, 413, avenue Gaston Berger 13625 Aix-en-Provence cedex 1, Amphi Nord.

Contacts :

Céline Pascual Espuny, Aix-Marseille Université, celine.pascual@univ-amu.fr
Andrea Catellani, Université Catholique de Louvain, andrea.catellani@uclouvain.be

Communication environnementale

Ce Groupe d’Études et de Recherche (GER) de la SFSIC (Société française des sciences de l’information et de la communication), intitulé « Communication, environnement, science et société », propose un lieu de rencontre et de recherche dans le champ de la communication environnementale, définie par l’association internationale des chercheurs en communication environnementale (IECA) comme incluant « toutes les diverses formes de communication interpersonnelle, de groupe, publique, organisationnelle et médiatisée qui constituent le débat social sur les problèmes et enjeux environnementaux et notre relation avec le reste de la nature » (notre traduction de l’anglais). Le nom du Groupe exprime « l’encastrement » profond de la communication environnementale dans la société et ses liens avec le domaine scientifique.

Ce GER a l’ambition d’offrir un espace ouvert de dialogue scientifique, sociétal et professionnel pour augmenter la portée des recherches concernant ces thématiques toujours plus prégnantes dans la société, et qui facilite les échanges entre chercheurs ignorant parfois les travaux des autres sur des thématiques pourtant très proches. Ce groupe a pour vocation de proposer :

  • des activités d’animation scientifiques (séminaires, journées d’étude et colloques),
  • des publications écrites
  • des réponses en commun à des projets scientifiques
  • un espace digital dédié pour mettre en commun toutes les recherches francophones actuelles sur le sujet.

L’ensemble des chercheurs formant ce groupe veut construire des compétences et des savoirs utiles à la « transition écologique » devenue indispensable à l’ère de l’anthropocène.

Ce carnet est destiné à supporter les activités du GER : il veut proposer aux chercheurs membres du GER, mais aussi à tous les intéressé.e.s, un lieu de partage des documents concernant les rencontres du groupe, les publications, mais aussi des ressources utiles (comme des bibliographies spécifiques).