Appel à communications : « Fiction scientifique du langage : traduire et communiquer le désastre à venir » (Université de Sherbrooke)

Information publiée le 27 décembre 2019 par Université de Lausanne  (source : Philippe Theophanidis)

Le 21 février 2020

Université de Sherbrooke (Québec, Canada)

« Fiction scientifique du langage : traduire et communiquer le désastre à venir »

Coorganisé par Philippe Theophanidis et René Lemieux, 4 et 5 mai 2020, dans le cadre du 88e Congrès de l’Acfas à Sherbrooke, 4-8 mai 2020.

Ce colloque s’appuie sur un double constat. D’une part, nous nous confrontons aujourd’hui à des enjeux de société d’une telle ampleur qu’ils testent les limites de nos langages et, conséquemment, de nos savoirs. À titre d’exemple, l’impact humain sur l’environnement est tel qu’un nouveau terme a été trouvé pour désigner l’ère géologique ainsi affectée : l’anthropocène. D’autre part, nombre de ces enjeux soulèvent présentement la question pressante de leurs effets à venir. Ils télescopent ainsi le futur dans l’actualité de nos recherches et forcent par la même occasion nos savoirs vers l’anticipation et la spéculation. Nos modes de vie actuels, avec la crise climatique qu’ils engendrent, exigent par exemple de considérer aujourd’hui les conditions de vie des prochaines (Into Eternity, 2010).

Comment élaborer? Quel mode de communication peut enjamber les générations pour rejoindre des mondes qui n’existent pas encore? Pour explorer cette problématique, nous proposons de soumettre les sciences du langage que sont la traduction et la communication à un exercice de spéculation scientifique. Le thème général de « science/fiction » viendra désigner le champ de cet exercice. Loin de s’opposer au réel, l’exercice nécessaire de la « fiction » acquiert dans ce cadre une urgence actuelle : l’anticipation devient elle-même une méthode de recherche rigoureuse et nécessaire.

Appel – Le colloque réunira des chercheurs et des chercheuses qui développent et travaillent des imaginaires de la communication et de la traduction, à la fois dans leurs méthodologies que dans leurs objets d’étude. Ces « imaginaires » ne se veulent pas des pensées en retrait du réel, mais au contraire une appréhension des conditions d’émergence d’autres réels possibles. Comme de surcroît la crise qui nous occupe déborde le présent jusqu’à mettre en péril la possibilité même d’un futur partagé, notre travail doit lui aussi s’orienter vers le futur : l’impensable de notre condition actuelle – ses crises climatiques et politiques – se confronte à l’exploration de figures limitrophes, au seuil du présent et de l’avenir, à cheval entre la fiction et le réel. Des sites d’enfouissement nucléaire en préparation au concept incommensurable de demi-vie nucléaire en passant par le disque d’or gravé installé sur la sonde Voyager, jusqu’aux cas fictifs de crise climatique (du Stalker de Tarkovsky au White Noise de Don DeLillo), nous invitons les chercheurs et chercheuses à explorer les confins futuristes des possibilités communicatives. Spécifiquement, le colloque invite donc les participant·es à explorer deux pistes de réflexion complémentaire : 1) penser les manières qu’ont les sciences de la traduction et de la communication d’explorer les fictions possibles du langage; 2) analyser en quoi la spéculation et l’anticipation permettent une conceptualisation des sciences du langage.

Critères de sélection – Les critères d’évaluation des communications seront la pertinence du propos en rapport au colloque (40%), l’avancement aux sciences du langage proposé (30%) ainsi que l’originalité de la contribution (30%).

Format – Le colloque se déroulera sur une journée et demi. Chaque présentation durera 30 minutes, suivie d’une période de questions de 15 minutes.

Les participant·es intéressé·es doivent soumettre un titre de proposition (180 caractères maximum, espaces comprises) ainsi qu’un résumé de proposition (1500 caractères, espaces comprises) au plus tard le 21 février 2020. Les propositions doivent être communiquées à René Lemieux (Rene.Lemieux@USherbrooke.ca) ou Philippe Theophanidis (theop@yorku.ca).

Dates à retenir:

Date limite d’envoi des propositions : 21 février 2020
Date limite pour se créer un compte utilisateur sur acfas.ca : Fin février 2020
Date limite pour bénéficier du tarif préférentiel d’inscription : 12 avril 2020

RESPONSABLE :

 Philippe Theophanidis

URL DE RÉFÉRENCE

https://www.facebook.com/events/977862332593293/

ADRESSE

Université de Sherbrooke (Québec, Canada)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search