AAC “Le journalisme face aux défis environnementaux”

Dossier thématique dirigé par Magali Prodhomme, Arnaud Mercier° et Vincent Carlino (Université catholique de l’Ouest, Université Paris 2 Panthéon-Assas)


L’objectif de ce dossier, à paraître dans le numéro d’automne 2022 des Cahiers du
journalisme et de l’information, est de proposer une vision globale des implications pour les
médias d’information et pour les journalistes du défi sociétal que constitue la question
environnementale, documentée par les scientifiques du GIEC et objet de recherches en
sciences humaines et sociales.
Aux côtés des acteurs sociaux et publics, aux effets de cadrage pressants sur cette
question, les médias sont appelés à réagir et à devenir parties prenantes. La question a
d’ailleurs fait l’objet du thème des dernières Assises internationales du journalisme en
octobre dernier « Urgence climatique et responsabilités journalistiques ». Récemment, The
Guardian titrait « We’re all climate journalists now : how the weather took over everything ».
Le prestigieux quotidien britannique expliquait « Ici, 10 journalistes du Guardian décrivent
comment la crise climatique change leur travail ». À l’occasion de la COP 26, ce sont près de
60 journalistes spécialistes de l’environnement de 34 nationalités différentes, sous l’égide de
Reporters sans frontières, qui lancent un appel solennel pour le respect du droit d’informer
sur les questions environnementales. L’appel est sans équivoque : « Urgence Climatique,
urgence informationnelle ». Il est pris au sérieux par le Global Investigative Journalism
Network GIJN, le réseau international de journalisme d’enquête, qui propose d’accompagner
les journalistes d’investigation pour conduire des « enquêtes sur le changement climatique ».
Les initiatives se multiplient et témoignent d’une appropriation de la thématique qui n’est pas
seulement éditoriale. Elles traversent tout l’écosystème médiatique, des modèles d’affaires
(retrait du paywall chez Bloomberg Green et au Financial Times pendant la COP 26) aux
modèles éditoriaux comme au design d’information et jusqu’à la fabrication écoresponsable
du journal.
Bien au-delà d’événements comme la COP 26 qui rendent vif le sujet, la question
environnementale est devenue un véritable enjeu pour les médias. En effet, leur
médiatisation interroge en retour les médias et les pratiques journalistiques, dépassant le
simple rapport des faits. Il paraît difficile de séparer la médiatisation de ces enjeux et le
rapport qu’entretiennent les journalistes à leur endroit. En tant qu’acteurs du débat public et,
plus pragmatiquement, d’une industrie de l’information qui s’avère elle aussi polluante,
journalistes et rédactions interrogent leurs pratiques, représentations, organisations en
fonction des enjeux environnementaux auxquels ils se trouvent directement confrontés.
Comme d’autres secteurs d’activités, le journalisme n’échappe pas aux injonctions des
questions écologiques, aux répertoires des bonnes pratiques, à des formes culturelles
émergentes éco-centrées, à de nouveaux imaginaires, à de nouveaux ethos (Hoang, Mellot,
Prodhomme, 2021), bref à ce que Régis Debray désigne comme le « changement
d’englobant » (Debray, 2020). Cet appel propose d’explorer les pratiques journalistiques au
prisme des normes, valeurs et représentations des médias et de leur rôle face aux enjeux
environnementaux.
Des travaux en sciences de l’information et de la communication ont développé une
approche historique du traitement médiatique des questions de nature et d’environnement
(Ambroise-Rendu, 2015), ainsi qu’une analyse de la constitution de rubriques
« environnement » dans la presse (Comby, 2009), jusqu’à l’émergence au début du XXIe
siècle en France de véritables journalistes spécialisés en environnement, en sortant des
profils militants nés dans les années 1970 (Reinert, 2020). D’autres travaux interrogent aussi
le rôle des journalistes dans la médiatisation de problèmes publics et de controverses sur
l’environnement (Comby, 2015 ; Allard-Huver, 2021). Ce dossier ambitionne de contribuer à
cette réflexion à partir de recherches originales sur le journalisme. L’objectif est d’associer
les approches centrées sur la médiatisation des questions environnementales et climatiques
à celle des pratiques des professionnels de l’information. Pour permettre une vision globale
de ces enjeux, l’appel est organisé en trois parties dont chacune fait résonance avec ce que
« l’entrée dans l’ère écologique » (Morin, 2020) peut faire au journalisme : nouvelles
pratiques, nouveau design (formats, typographie…), nouveaux processus de fabrication,
nouvelles pratiques d’enquêtes, nouvelles médiatisations.
Axe 1 : La médiatisation de la question environnementale : mise en conflictualité et
objet désirable
Cet axe vise à accueillir des articles sur la médiatisation des enjeux environnementaux, dans
la presse régionale française (Gassiat et Verger, 2016) ou dans des presses nationales,
écrites ou audiovisuelles. Les contributions pourront se situer dans une perspective
historique (depuis quand en parle-t-on dans les médias ? Quelles évolutions peut-on
observer sur cette thématique depuis les années 1970-80 ?) ou discursive en interrogeant,
par exemple, la matérialité discursive des formules « transition écologique »,
« développement durable » (Krieg-Planque, 2010) « urgence climatique » ou encore
« sobriété numérique » comme agents de neutralisation ou d’exacerbation des
conflictualités. Des travaux qui établissent des comparaisons entre supports pour mettre à
l’épreuve des médiatisations distinctes de mêmes faits seront les bienvenus. La
comparaison peut aussi être internationale entre supports comparables d’un pays à l’autre.
Sont attendues aussi des monographies de la médiatisation de tel ou tel support médiatique,
de différents types de presse (presse spécialisée, engagée, grand public, à public cible
spécifique telle la presse jeunesse ou féminine, etc.)
L’objectif est d’aider à éclairer les modalités d’appropriation de la thématique des enjeux
environnementaux par les médias d’information, avec présence ou non de jugements de
valeurs, de dramatisation ou pas, d’excès de couverture ou encore de minimisation. Assistet-on à une éditorialisation forte de cette question, qui conduirait des rédactions à prendre
explicitement position sur cet enjeu majeur pour l’avenir de la planète, en faisant fi de tout
principe de neutralité, en s’engageant pour la cause et en relayant les actions et discours
des militants ?
Axe 2 : Adaptation des rédactions et (nouveaux) formats éditoriaux
Un deuxième axe de réflexion pour lequel des propositions sont attendues concerne les
réflexions sur la manière dont les rédactions se sont adaptées ou pas, ou sont en cours
d’adaptation, afin de couvrir différemment le phénomène, en lui consacrant potentiellement
plus d’espace. Un travail qui documenterait le refus d’une rédaction de s’adapter serait tout
aussi utile qu’une monographie montrant comment une rédaction a modifié sa ligne
éditoriale.
On peut songer notamment :
! à la création d’un média spécialisé sur ce sujet ; d’une rubrique dédiée dans un
média existant (Newsletter Vert1
, le site franco-allemand NOWUproject.eu2
, le
magazine en ligne Pebble3
, à titre d’exemples) ;
! au recrutement de journalistes spécialisés (quid des profils et compétences
requises ?)
4
, au profil plus scientifique, pour suivre les débats et en vulgariser les
résultats ;
! à l’extension de l’espace éditorial consacré à ces sujets via la création d’émissions
dédiées, de numéros spéciaux, de compléments éditoriaux ; comme Future Planet5
, à
l’invention d’un espace ouvert aux interrogations des publics avec conseils
pratiques ;
! à la mise en place d’une logique de journalisme de solutions dédié à la cause
environnementale afin de convaincre les citoyens de s’impliquer dans la réduction de
leur empreinte carbone, la modification de leurs modes de vie, la sobriété
numérique ;
! à l’apparition d’un traitement privilégié, dans la logique du renouveau de la vérification
de faits (fact checking), de la question de la négation du réchauffement climatique et
de son cortège de fake news ;
! à l’ouverture des « coulisses » des médias de l’information dans le cadre d’une
stratégie de conquête des jeunes publics particulièrement acquis à la cause
environnementale.
Axe 3 : Les initiatives en faveur d’un journalisme écoresponsable
Cet axe interroge le développement de pratiques durables et responsables dans le
processus de fabrication des supports matériels d’information, dans le prolongement de
travaux sur le « sustainable journalism » (Maxwell, Miller, 2017), certains allant jusqu’à
affirmer que « le journalisme a besoin d’une nouvelle éthique pour faire face à cette crise
écologique » (Miller, 2015).
Il s’agit ici de rendre compte des initiatives en faveur d’un journalisme responsable au sein
des groupes de presse. Le journalisme, comme toute activité industrielle, repose sur des
1
Le site d’information créé par plusieurs journalistes de la presse quotidienne nationale se donne pour objectif
d’aborder « l’écologie au sens large dans un format minimaliste » afin de « mieux saisir les enjeux de la crise
climatique et à entrevoir des solutions », consulté le 22 novembre 2021.
2
Le site lancé par France TV et WDR en septembre 2021, s’adresse aux jeunes européens et vise à « faire
découvrir un nouveau contenu sur l’urgence environnementale et les solutions pour y faire face », consulté le 16
novembre 2021.
3
Pebble se définit comme « Votre guide pour un mode de vie élégant et durable. De la mode éthique à l’écovoyage, tout est sur Pebble » consulté le 16 novembre 2021.
4
Le site d’informations Mediapart diffusait une offre d’emploi « Journaliste Pôle écologie » au 1er décembre

  1. Le descriptif du poste précisait : « Décrypter comment est adressée la question du climat dans les cercles
    de pouvoir : politique (gouvernement, haute administration, commissions parlementaires, institutions
    européennes…) et économique (CAC 40, Bercy, Medef, cercles d’influence, lobbies…), Révéler, à travers des
    informations exclusives, les blocages, conflits d’intérêts, et autres jeux d’influence qui entretiennent le statu quo
    en matière de lutte contre le changement climatique, en France et à l’international, Traiter les mesures concrètes
    de transition écologique, à l’œuvre ou à venir, Collaborer également en alternance avec ses collègues du pôle
    “Écologie” à la rédaction d’une newsletter régulière donnant le ton de l’écologie dans les colonnes de Mediapart
    et de son Club, Travailler activement avec le reste de l’équipe éditoriale, dans l’esprit de transversalité qui
    caractérise la rédaction de Mediapart, avec l’idée de renforcer l’importance des questions écologiques dans
    l’ensemble du journal ».
    5 « What is Future Planet ? », une nouvelle section du blog BBC Future, « où vous trouverez des histoires sur les
    personnes confrontées à des défis environnementaux urgents dans le monde ».
    pratiques et des infrastructures consommatrices en énergie et en produits plus ou moins
    polluants. Les éditeurs de presse s’emparent-ils de cette préoccupation ? Ces perspectives
    sont-elles soulevées en interne par des journalistes fléchés environnement alors qu’ils sont
    en butte aux réticences ou à l’incompréhension de leur hiérarchie ? À quels impératifs
    (d’image de la marque média, de gestion des ressources, de rationalisation des coûts)
    certains médias obéissent-ils ? À toutes les étapes de la fabrication d’un journal, des choix
    peuvent être faits pour réduire l’empreinte carbone : choix d’un papier recyclé ou provenant
    de forêts labellisées, choix d’alternatives aux encres conventionnelles offset (encre végétale,
    encre biosourcée, encre dite blanche), disparition ou pas d’un film plastique pour le routage,
    choix d’imprimeurs bénéficiant de labels écoresponsables. La question se pose aussi pour
    les sites internet, car le numérique est aussi énergivore et il est trop simpliste d’opposer
    presse papier et numérique.
    Certains médias ont initié une réflexion de fond sur leur empreinte carbone. C’est le cas en
    Grande-Bretagne où l’université de Bristol a annoncé par un communiqué de presse le 13
    janvier 2020 le début d’une « collaboration entre des informaticiens de l’Université de Bristol
    et neuf grandes sociétés de médias, dont ITV et BBC, pour aider l’industrie des médias à
    comprendre et à gérer les impacts carbone importants du contenu numérique. […] L’objectif
    est de créer un calculateur de carbone en ligne, DIMPACT, accessible à toute entreprise
    proposant des produits et services numériques ». Malmodin & Lundén (2018) proposent
    également de calculer l’empreinte carbone des secteurs Information and Communication
    Technology (ICT) and Entertainment & Media (E&M).
    Dès lors, le désir de prendre en considération la mesure de l’empreinte environnementale
    des médias contribue-t-il à restreindre les pratiques professionnelles existantes ou à en
    développer de nouvelles, plus respectueuses de l’environnement ? Plusieurs initiatives
    émergent, à l’instar du Monde qui quantifie l’impact carbone des vidéos de sa série « Plan
    B » consacrée à la transition écologique (Bresson, 2020). L’utilisation du numérique dans la
    pratique du journalisme et le développement de formats reposant sur la vidéo (stories, live
    streaming, etc.) posent frontalement la question de la limitation du coût carbone des usages
    du numérique par leurs journalistes ou par le public.
    Les contributions pourront donc rendre compte et interroger ce questionnement tel qu’il se
    pose dans les médias, à travers par exemple les modes de calcul de leur empreinte carbone,
    ainsi que les réflexions et débats que ceux-ci impliquent sur l’évolution des pratiques
    journalistiques. Comment les médias définissent-ils leur équilibre entre un journalisme
    responsable (donc plus sobre) et un journalisme reposant sur des infrastructures
    énergivores ? Au-delà des initiatives responsables portées par les services de
    communication des groupes d’éditions qui en font un argument de marque média, il s’agira
    de définir dans quelle mesure les journalistes peuvent s’en faire les acteurs. L’objectif
    consiste donc à interroger l’impact du journalisme responsable sur les pratiques
    professionnelles des journalistes. La réflexion pourra porter sur la réduction de l’empreinte
    carbone à travers les transports utilisés pour se rendre sur le terrain (substitution du train à
    l’avion, restrictions de déplacements, le développement d’un slow journalism), ou encore la
    rationalisation de productions en ligne gourmandes en bande passante ou en stockage sur
    des serveurs.
    En écho au développement d’un journalisme entrepreneurial, des initiatives promeuvent un
    rapport plus sobre et raisonné au numérique et son empreinte environnementale. C’est le
    cas du développement de newsletters qui reposent sur un mode de diffusion moins massif
    que celui des réseaux sociaux numériques, en envoyant des contenus textuels par courriel à
    une sélection d’abonnés. En parallèle, la transition numérique des médias s’accompagne
    d’un intérêt grandissant pour la valorisation de pratiques responsables dans les rédactions et
    peut donner l’occasion de produire ou renouveler les chartes dédiées (rédactionnelles ou
    déontologiques). Les pratiques d’éco-conception, de design éthique et low-tech attirent
    l’attention d’acteurs responsables du numérique dans les médias dans une démarche
    d’innovation responsable et même de labellisation.
    • Format des propositions
    L’approche défendue par cet appel recouvre des pratiques nouvelles et émergentes, qui
    concernent toutes les parties du monde et tous les formats des médias d’information. Ce
    dossier pourra accueillir des recherches exploratoires, des monographies, des articles
    présentant des problématiques originales, ainsi que des retours réflexifs de professionnels.
    Les articles peuvent être rédigés en anglais et en français.
    • Propositions
    Les auteurs doivent faire parvenir une proposition au format PDF (entre 2000 et 4000
    signes) avant le 30 janvier 2022, aux trois adresses6
    ci-dessous :
    arnaud.mercier@u-paris2.fr magali.prodhomme@uco.fr vincent.carlino@uco.fr
    Si la proposition est acceptée, ils devront faire parvenir avant la date indiquée, un texte
    anonymisé en francais comptant entre 25 000 et 50 000 signes, précédé de résumés en
    francais et en anglais (600 à 900 signes espaces compris, soit environ 80 à 130 mots), aux
    formats Word (.doc ou .docx).
    Ils veilleront à respecter attentivement les normes typographiques de la revue (disponibles
    à http://cahiersdujournalisme.org/FicheNormes.pdf) ainsi que ses règles spécifiques de
    citation des ressources en ligne (http://cahiersdujournalisme.org/FicheCitaElec.pdf).
    • Calendrier
    30 janvier : réception des propositions
    7 février : retour aux contributeurs sur les propositions acceptées
    30 mai : réception des articles
    27 juin : fin d’évaluation des articles et envoi aux auteurs pour corrections
    13 juillet 2022 : retour des articles définitifs par les auteurs
    Publication prévue en automne 2022
    6 En revanche, les propositions et questions concernant les sections non thématiques de la revue
    (articles pour la section « Débats », articles de recherche autonomes, notes de recherche et
    recensions d’ouvrages) doivent toujours être adressées à : editeurs.cahiers@pressetech.org.


Citer ce billet
Catherine GAUTHIER (2021, 14 décembre). AAC “Le journalisme face aux défis environnementaux” Carnet GER ComEnSS (Communication Environnement Science Société). Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n151

Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en Sciences de l'Information Communication Université Grenoble Alpes Conservatrice du Patrimoine Naturel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search