Colloque 2021 du GER CESS : Transitions en tension. Controverses et tensions autour des transitions écologiques

Colloque en présentiel et en distanciel

16 et 17 décembre 2021

Bâtiment Thomas More, place Montesquieu, 2

Louvain-la-Neuve, Belgique

16 et 17 décembre 2021

Bâtiment Thomas More, place Montesquieu, 2

Louvain-la-Neuve, Belgique

salle principale : MORE 52

autres salles pour les sessions parallèles : MORE 70, 71

site web pour informations et inscriptions : https://transition2021.sciencesconf.org/

Le colloque est gratuit. L’inscription (en présentiel ou distanciel) est obligatoire via le site : https://transition2021.sciencesconf.org/

Les liens pour suivre le colloque en distanciel (plateforme Teams) seront communiqués aux inscrits avant le colloque.

Pour toute question : transition2021@sciencesconf.org

Programme

■   16 décembre 2021

9h00-9h30                        introduction du colloque : organisateurs, prof. Marthe Nyssens

(Vice-rectrice à la transition de l’UCLouvain), prof. Fanny Meunier (présidente de l’institut ILC), MORE 52

9h30-10h30                      1e conférence plénière : Edwin Zaccai (ULB, Bruxelles), « Transition, transitions et durabilité », MORE 52

10h30-10h45                    pause (salle MORE 63)

10h45-12h45                   sessions parallèles, MORE 52, 70, 71

12h45-14h30                   repas (salle MORE 63)

14h30-15h30                   2e conférence plénière : Francis Chateauraynaud (EHESS, Paris), « Les figures de l’irréversibilité dans les causes environnementales. La sociologie pragmatique face aux processus complexes, MORE 52

15h30-16h30                    sessions parallèles, MORE 52, 70, 71

16h30-16h45                   pause (salle MORE 63)

16h45-18h45                   sessions parallèles, MORE 52, 70, 71

■   17 décembre 2021

9h00-11h00                      sessions parallèles MORE 52,70, 71

11h00-11h15                   pause (salle MORE 63)

11h15-12h15                   3e conférence plénière : Markku Lehtonen (Universitat Pompeu Fabra, Barcelona, Espagne), Les promesses des technologies nucléaires : leçons de l’histoire récente pour les transitions énergétiques, MORE 52

12h15- 12h45                  conclusion du colloque, MORE 52

12h45-14h30                   repas, salle MORE 63

14h30-17h00                   assemblée du GER « Communication, environnement, science et société » (réservée aux membres et affiliés), MORE 52

Ateliers parallèles

16 décembre 2021

10h45-12h45 : sessions parallèles

■   La Transition dans nos terres : quelle communication pour l’agriculture ? MORE 52

  • Allard-Huver François, Peut-on parler d”agribashing” en France ?
  • Pahun Jeanne, Une agriculture “vitrine” autour des villes ? Les politiques alimentaires urbaines comme outil de communication pour les représentants du secteur agricole
  • Gagnebien Anne, Jardiner les communs
  • Fabry Geneviève, Transition ou rupture ? Imaginaire rural sous tension dans le roman espagnol contemporain

■   Les transitions dans leurs transformations territoriales, MORE 70

  • Lefèvre Bruno, Conflits locaux dans le cadre de projets d’aménagement à dominante culturelle et créative : les paradigmes du développement socio-économique face aux enjeux socio-environnementaux
  • Dymytrova Valentyna, Bihay Thomas, L’étude critique de la mise en récit des transformations urbaines du territoire métropolitain lyonnais de 2007 à 2021
  • Coulbaut Amélie, Moyenne montagne en transitions : de la tension à la reliance
  • Chambru Mikael, Cécilia Claeys, Quand la transition écologique entre en controverse : le cas du tourisme scientifique dans les territoires de montagne

■   Transition, participation, mobilisation et numérique, MORE 71

  • Quiroga Catherine, “Recadrer” le cadrage médiatique sur Facebook : tentatives de renversement des rapports de force dans la controverse sur l’éolien en baie de Saint-Brieuc
  • Riberi Erika, Amiel Pauline, “Y a le feu au lac !” : ce que les podcasts disent des transitions écologiques et des mutations médiatiques
  • Bodin Cyrille, L’autre face de la participation citoyenne : les formes de reconnaissance de la connaissance dans la controverse sur la géothermie profonde
  • Paulhet Jean-Baptiste, Mobiliser pour l’écologie au-delà du clic ? Analyse d’une campagne distribuée de Greenpeace pour plus de menus végétariens dans les lycées

15h30-16h30 : sessions parallèles

■   Controversy, polarization or collaboration? MORE 52

  • Hedenmo Otto, Transformation of Balance in the turn to Virtual Collaboration ‚a Mitigating Climate Change Collectively in times of Covid19
  • Palau-Sampio Dolors, Maria Josep, Food transition: A polarized debate on meat consumption and climate change in Spain

■   Eco-shaming and fear appeals, MORE 70

  • Vandenhole Kimberley, Controversies behind eco-shaming discourse and the implications for societal transitions
  • Blessing Janine N., Habermeyer Tanja, Severity in Fear Appeals and Local Framing as Communication Strategies for a Transition Towards an Environmentally Friendly World

16h45-18h45 : sessions parallèles

■   Climate mitigation political discourses, MORE 52

  • Falck Runa, Attribution of responsibility for climate mitigation: A comparison of politicians and citizens
  • Gruber Mirjam, Climate change, right wing populism, and mainstream parties. Why discourses matter for the climate
  • Livino Neto Virginio (à distance), Bolsonaro’s discourse on environmental issues between 2017 and 2020: a content analysis
  • Fond Bastien, Keller Reiner, When environmental controversies involve non-humans: Mapping German wind energy conflicts through their actants and processes

■   La place des Controverses sociotechniques, MORE 70

  • Tra Bi Mathieu, Domenget Jean-Claude, Controverse sociotechnique et polyphonie en SIC : autour des feux de forêt en Amazonie
  • Albin Wagener, Controverses discursives autour des véhicules électriques : Entre transition écologique et pollution de la chaine de fabrication
  • Angé Caroline, La transition en tension : écrire un dispositif info-communicationnel de transformation du rapport aux éléments naturels
  • Souillard Natacha, Sebbah Brigitte, De quoi la transition écologique devient-elle le nom ?

■   Dispositifs institutionnels et transition, MORE 71

  • Renard Lucile, La légitimation des partenariats entre ONG environnementales et entreprises privées : une approche narrative de la performance
  • Duterme Tom & Hucq Aurélien, Du droit de propriété au quota d’émission. Le marché carbone européen entre discours économiques et juridiques
  • Loneux Catherine & Pascual Espuny Céline, France Relance, label Envol : Quel lien entre communication et régulation ?
  • Serra Lise, Chantiers propres, quand l’écologie s’allie à la protection des travailleurs

17 décembre 2021

9h00-11h00 : sessions parallèles

■   Transition et Visibilité, MORE 52

  • Schweyer Cléo, La controverse invisible : régimes de visibilité et gestion du dissensus dans l'”écologie chrétienne
  • Rouquette Sébastien, Bihay Thomas, Chemerik Fateh, Le risque argileux : un problème sans médiatisations ni controverses ?
  • Chonavey Sebastien, Une transition vers la fin des discours ou la fin du monde ? Les usages de la colère et de la peur dans la rhétorique écologiste : une étude comparative du pathos dans les discours numériques d’Aurélien Barrau et de Félicien Bogaerts
  • Fabrice Flipo, Pourquoi enseigner les controverses dans les écoles d’ingénieur ?

■   La transition en discours, MORE 70

  • Gaboriau Antoine, Domingues Catherine, Analyse du discours citoyen : transitions démocratique et écologique
  • Dile Toustou Jules, Diversité des discours écologistes français
  • Ellingsen Anne-Kate, Une analyse rhétorique des communiqués publiés par EDF et GF après l’incident à la centrale nucléaire de Cruas-Meysse en 2017
  • Heynen François-Xavier, Pour apaiser les tensions autour des transitions : inventer “un colloque singulier” à l’échelon de la population

■   Quand la transition s’incarne, MORE 71

  • Dechézelles Stéphanie, Mettre en images la transition énergétique : les dispositifs visuels et discursifs de la controverse autour de l’éolien en France
  • Sbabo Alexandre, Le métal engagé : Une analyse audiovisuelle du vidéoclip “Amazonia” de Gojira
  • Petters Lorreine, Poels Alix, La transition énergétique entre tensions et compromis. Le cas d’Enercoop LR
  • Hermesse Julie, Tensions autour des notions de niche et de régime dominant et de leur imbrication. Revisite de l’adage “Penser global, agir local” par une ethnographie des maraîchers en Région bruxelloise

Conférences plénières, MORE 52

Edwin Zaccai, ULB, Bruxelles

Transition, transitions et durabilité

Il y a plusieurs décennies le concept de développement durable fédérait des discours et justifiait des actions en révélant certaines ressemblances et différences avec celui de transition aujourd’hui. Lui aussi donnait lieu à la fois à du consensus et à des controverses, que cet exposé rappellera dans une première partie.

Dans une seconde partie l’exposé utilisera des données empiriques pour caractériser une série de changements (ou de transitions), surtout au niveau mondial, dans des domaines autres qu’écologiques : démographiques, économiques, numériques ou démocratiques. L’objectif est ici de souligner que des transitions écologiques ne peuvent être conçues et menées à bien qu’en interaction avec une série d’autres tendances structurantes.

Francis Chateauraynaud, GSPR, EHESS, Paris

Les figures de l’irréversibilité dans les causes environnementales. La sociologie pragmatique face aux processus complexes

Depuis plus d’une trentaine d’années, les questions écologiques sont traversées par des mouvements complexes, engendrant des interprétations et des pratiques parfois contradictoires et difficiles à concilier – en France on prend souvent l’exemple du nucléaire supposé incontournable pour lutter contre le changement climatique. Ce type de tension se manifeste dans de multiples domaines et sur différentes échelles sociales, temporelles et spatiales. Des logiques incommensurables et des tensions irréductibles se révèlent dans les manières de penser et d’agir. En mettant à la juste distance les mots d’ordre et les catégories globales, de la société du risque à l’effondrement, en passant par le développement durable ou l’anthropocène, le pragmatisme sociologique s’intéresse à la manière dont des acteurs articulent, hiérarchisent et mettent en discussion des formes de raisonnement, des savoirs outillés et des expériences pratiques.

Ce qui se donne à voir ce sont des rapports hétérogènes aux écosystèmes, aux dérèglements qui les affectent et aux manières d’y remédier. Plutôt que de projeter des formules totalisantes, l’enquête conduit aux points de jonction, et de friction, entre des représentations, des dispositifs et des milieux liés à des enjeux déterminés. C’est ici que l’entrée par les controverses est particulièrement fructueuse : en étudiant des processus critiques de longue durée, faits d’alertes et de conflits, de mobilisations politiques et de formes de régulation (changement climatique, nucléaire, OGM, pesticides, perturbateurs endocriniens, pollution de l’air, gaz de schiste, ainsi que tous les conflits autour de la transition énergétique), on voit s’exprimer, au-delà des seules expressions publiques, une diversité de ruptures, de déplacements, de réversibilisations ou de reconstructions des façons d’être au monde, que l’on a rassemblées sous le concept de “contre-anthropocènes”. On observe ainsi comment les causes environnementales ne relèvent pas d’une simple “gestion des risques” mais engagent des rapports de pouvoir et des formes de vie qui mettent humains et non-humains aux prises avec autant de déterminations que d’incertitudes, d’irréversibilités que de possibilités de bifurcation, de vulnérabilités que de capacités d’agir.

Markku Lehtonen, Universitat Pompeu Fabra, Barcelona, Espagne

Les promesses des technologies nucléaires : leçons de l’histoire récente pour les transitions énergétiques

L’histoire de l’énergie nucléaire se caractérise par une longue série de promesses techno-scientifiques controversées. De telles promesses sont essentielles pour rassembler les ressources, le soutien, et la motivation pour l’innovation technologique et partant, les transitions. Promues dans l’après-guerre comme pourvoyeurs de la paix et des grandes solutions aux défis énergétiques et de la paix, les technologies nucléaires sont aujourd’hui présentées comme une contribution parmi d’autres aux transitions énergétiques. La dernière dans la série des promesses, les « petits réacteurs modulaires » (SMR), représente par ailleurs un changement d’échelle : fabriqués en série, ils seraient non seulement plus sûrs, flexibles, socialement acceptables et moins coûteux que les grands mégaprojets nucléaires, mais ils s’adapteraient mieux aux systèmes énergétiques décentralisés de l’avenir.

Afin de mettre les débats actuels autour des SMR dans une perspective plus large et comparative, cette présentation s’appuie sur les résultats de 15 ans de recherche sur les controverses autour des projets nucléaires, dont notamment : 1) les réacteurs de type « évolutionnaire » EPR (European Pressurised Reactor), en cours de construction depuis plus d’une décennie sur trois sites en Finlande, France, et le Royaume-Uni, et 2) les projets de stockage des déchets nucléaires en Finlande, France et Suède – les pays pionniers en la matière. La présentation met en exergue le rôle des controverses et des différentes dimensions de la confiance, méfiance et défiance dans la construction des promesses, dans des conditions culturelles, politiques, et institutionnelles variées. L’expérience nucléaire invite à la réflexion concernant le rôle des promesses et des mégaprojets dans les transitions vers le développement durable.

Ce colloque est organisé par :

LogoGerHFModifFondBlanc_500x315.png
Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

Avec le soutien de :

FRS-FNRS ros vert transp
Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Cet événement a reçu le label de qualité de la SFSIC (Société française des sciences de l’information et de la communication)

Société Française des Sciences de l'Information & de la ...
https://comenvironnement.hypotheses.org/

Le Groupe d’Études et de Recherche « Communication, environnement, science et société » fait partie de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC). Le groupe est un espace de rencontre et de recherche en communication environnementale, définie par l’association internationale des chercheurs en communication environnementale (IECA) comme « toutes les diverses formes de communication interpersonnelle, de groupe, publique, organisationnelle et médiatisée qui constituent le débat social sur les problèmes et enjeux environnementaux et notre relation avec le reste de la nature » (notre traduction de l’anglais).

Ce groupe a l’ambition d’offrir un espace ouvert de dialogue entre scientifique, société et communautés professionnelles pour augmenter le rayonnement de recherches menées sur des thématiques toujours plus prégnantes dans notre société. L’ensemble des chercheurs formant ce groupe souhaite construire des compétences et des savoirs utiles à la « transition écologique » devenue indispensable à l’ère de l’Anthropocène.

Le périmètre thématique du groupe inclut les différents aspects communicationnels des notions liées aux préoccupations environnementales : l’écologie, le développement durable, la transition écologique, le risque, le discours scientifique et de vulgarisation, la communication scientifique voire muséale, la mobilisation, les crises, les discours et activités communicationnelles des acteurs publics et privés, marchands et non marchands, au niveau local, national et international, en utilisant tout type de technologie, support et dispositif. Toutes les approches et méthodologies de recherche en sciences de l’information et de la communication peuvent être mobilisées. Porteurs du groupe : Céline Pascual Espuny, Aix-Marseille Université, celine.pascual@univ-amu.fr ; Andrea Catellani, Université catholique de Louvain, andrea.catellani@uclouvain.be

Une image contenant texte, extérieur, personne, signe

Description générée automatiquement

Transitions in tension

Controversies and tensions around ecological transitions

Face-to-face and online conference

16 and 17 December 2021

Thomas More Building, Place Montesquieu, 2

Louvain-la-Neuve, Belgium

main room: MORE 52

other rooms for parallel sessions: MORE 70, 71

website for information and registration:

https://transition2021.sciencesconf.org/

The conference is free of charge. Registration (face-to-face or at a distance) is compulsory via the website: https://transition2021.sciencesconf.org/

The links to follow the conference remotely (Teams platform) will be communicated to registrants before the conference.

For any questions: transition2021@sciencesconf.org  

Programme

■   16 December 2021

9:00-9:30                          introduction to the conference: organisers, prof. Marthe Nyssens

(Vice-rector for transition at UCLouvain), prof. Fanny Meunier (President of the ILC Institute), MORE 52

9:30-10:30                         1st plenary lecture: Edwin Zaccai (ULB, Brussels), “ Transition, transitions et durabilité “, MORE 52

10:30-10:45                      break (room MORE 63)

10:45-12:45                      parallel sessions, MORE 52, 70, 71

12:45-14:30                      lunch (room MORE 63)

14 :30-15 :30                    2nd plenary lecture: Francis Chateauraynaud (EHESS, Paris), « Les figures de l’irréversibilité dans les causes environnementales. La sociologie pragmatique face aux processus complexes », MORE 52

15:30-16:30                      parallel sessions, MORE 52, 70, 71

16:30-16:45                      break (room MORE 63)

16 :45-18 :45                    parallel sessions, MORE 52, 70, 71

■   17 December 2021

9:00-11:00                        parallel sessions MORE 52,70, 71

11:00-11:15                      break (room MORE 63)

11:15-12:15                       3rd plenary lecture: Markku Lehtonen (Universitat Pompeu Fabra, Barcelona, Spain), « Les promesses des technologies nucléaires : leçons de l’histoire récente pour les transitions énergétiques », MORE 52

12:15- 12:45                     conclusion of the conference, MORE 52

12:45-14:30                      lunch, room MORE 63

14:30-17:00                       meeting of the research groupe “Communication, environment, science and society” (for members and affiliates only), MORE 52

Parallel sessions

16 December 2021

10 :45-12 :45

■   La Transition dans nos terres : quelle communication pour l’agriculture ? MORE 52

  • Allard-Huver François, Peut-on parler d”agribashing” en France ?
  • Pahun Jeanne, Une agriculture “vitrine” autour des villes ? Les politiques alimentaires urbaines comme outil de communication pour les représentants du secteur agricole
  • Gagnebien Anne, Jardiner les communs
  • Fabry Geneviève, Transition ou rupture ? Imaginaire rural sous tension dans le roman espagnol contemporain

■   Les transitions dans leurs transformations territoriales, MORE 70

  • Lefèvre Bruno, Conflits locaux dans le cadre de projets d’aménagement à dominante culturelle et créative : les paradigmes du développement socio-économique face aux enjeux socio-environnementaux
  • Dymytrova Valentyna, Bihay Thomas, L’étude critique de la mise en récit des transformations urbaines du territoire métropolitain lyonnais de 2007 à 2021
  • Coulbaut Amélie, Moyenne montagne en transitions : de la tension à la reliance
  • Chambru Mikael, Cécilia Claeys, Quand la transition écologique entre en controverse : le cas du tourisme scientifique dans les territoires de montagne

■   Transition, participation, mobilisation et numérique, MORE 71

  • Quiroga Catherine, “Recadrer” le cadrage médiatique sur Facebook : tentatives de renversement des rapports de force dans la controverse sur l’éolien en baie de Saint-Brieuc
  • Riberi Erika, Amiel Pauline, “Y a le feu au lac !” : ce que les podcasts disent des transitions écologiques et des mutations médiatiques
  • Bodin Cyrille, L’autre face de la participation citoyenne : les formes de reconnaissance de la connaissance dans la controverse sur la géothermie profonde
  • Paulhet Jean-Baptiste, Mobiliser pour l’écologie au-delà du clic ? Analyse d’une campagne distribuée de Greenpeace pour plus de menus végétariens dans les lycées

15 :30-16 :30

■   Controversy, polarization or collaboration? MORE 52

  • Hedenmo Otto, Transformation of Balance in the turn to Virtual Collaboration‚ a Mitigating Climate Change Collectively in times of Covid19
  • Palau-Sampio Dolors, Maria Josep, Food transition: A polarized debate on meat consumption and climate change in Spain

■   Eco-shaming and fear appeals, MORE 70

  • Vandenhole Kimberley, Controversies behind eco-shaming discourse and the implications for societal transitions
  • Blessing Janine N., Habermeyer Tanja, Severity in Fear Appeals and Local Framing as Communication Strategies for a Transition Towards an Environmentally Friendly World

16 :45-18 :45

■   Climate mitigation political discourses, MORE 52

  • Falck Runa, Attribution of responsibility for climate mitigation: A comparison of politicians and citizens
  • Gruber Mirjam, Climate change, right wing populism, and mainstream parties. Why discourses matter for the climate
  • Livino Neto Virginio (à distance), Bolsonaro’s discourse on environmental issues between 2017 and 2020: a content analysis
  • Fond Bastien, Keller Reiner, When environmental controversies involve non-humans: Mapping German wind energy conflicts through their actants and processes

■   La place des Controverses sociotechniques, MORE 70

  • Tra Bi Mathieu, Domenget Jean-Claude, Controverse sociotechnique et polyphonie en SIC : autour des feux de forêt en Amazonie
  • Albin Wagener, Controverses discursives autour des véhicules électriques : Entre transition écologique et pollution de la chaine de fabrication
  • Angé Caroline, La transition en tension : écrire un dispositif info-communicationnel de transformation du rapport aux éléments naturels
  • Souillard Natacha, Sebbah Brigitte, De quoi la transition écologique devient-elle le nom ?

■   Dispositifs institutionnels et transition, MORE 71

  • Renard Lucile, La légitimation des partenariats entre ONG environnementales et entreprises privées : une approche narrative de la performance
  • Duterme Tom & Hucq Aurélien, Du droit de propriété au quota d’émission. Le marché carbone européen entre discours économiques et juridiques
  • Loneux Catherine & Pascual Espuny Céline, France Relance, label Envol : Quel lien entre communication et régulation ?
  • Serra Lise, Chantiers propres, quand l’écologie s’allie à la protection des travailleurs

17 December 2021

9 :00-11 :00

■   Transition et Visibilité, MORE 52

  • Schweyer Cléo, La controverse invisible : régimes de visibilité et gestion du dissensus dans l'”écologie chrétienne
  • Rouquette Sébastien, Bihay Thomas, Chemerik Fateh, Le risque argileux : un problème sans médiatisations ni controverses ?
  • Chonavey Sebastien, Une transition vers la fin des discours ou la fin du monde ? Les usages de la colère et de la peur dans la rhétorique écologiste : une étude comparative du pathos dans les discours numériques d’Aurélien Barrau et de Félicien Bogaerts
  • Fabrice Flipo, Pourquoi enseigner les controverses dans les écoles d’ingénieur ?

■   La transition en discours, MORE 70

  • Gaboriau Antoine, Domingues Catherine, Analyse du discours citoyen : transitions démocratique et écologique
  • Dile Toustou Jules, Diversité des discours écologistes français
  • Ellingsen Anne-Kate, Une analyse rhétorique des communiqués publiés par EDF et GF après l’incident à la centrale nucléaire de Cruas-Meysse en 2017
  • Heynen François-Xavier, Pour apaiser les tensions autour des transitions : inventer “un colloque singulier” à l’échelon de la population

■   Quand la transition s’incarne, MORE 71

  • Dechézelles Stéphanie, Mettre en images la transition énergétique : les dispositifs visuels et discursifs de la controverse autour de l’éolien en France
  • Sbabo Alexandre, Le métal engagé : Une analyse audiovisuelle du vidéoclip “Amazonia” de Gojira
  • Petters Lorreine, Poels Alix, La transition énergétique entre tensions et compromis. Le cas d’Enercoop LR
  • Hermesse Julie, Tensions autour des notions de niche et de régime dominant et de leur imbrication. Revisite de l’adage “Penser global, agir local” par une ethnographie des maraîchers en Région bruxelloise

Plenary conferences, MORE 52

Edwin Zaccai, ULB, Brussels

Transition, transitions et durabilité

Il y a plusieurs décennies le concept de développement durable fédérait des discours et justifiait des actions en révélant certaines ressemblances et différences avec celui de transition aujourd’hui. Lui aussi donnait lieu à la fois à du consensus et à des controverses, que cet exposé rappellera dans une première partie.

Dans une seconde partie l’exposé utilisera des données empiriques pour caractériser une série de changements (ou de transitions), surtout au niveau mondial, dans des domaines autres qu’écologiques : démographiques, économiques, numériques ou démocratiques. L’objectif est ici de souligner que des transitions écologiques ne peuvent être conçues et menées à bien qu’en interaction avec une série d’autres tendances structurantes.

Francis Chateauraynaud, GSPR, EHESS, Paris

Les figures de l’irréversibilité dans les causes environnementales. La sociologie pragmatique face aux processus complexes

Depuis plus d’une trentaine d’années, les questions écologiques sont traversées par des mouvements complexes, engendrant des interprétations et des pratiques parfois contradictoires et difficiles à concilier – en France on prend souvent l’exemple du nucléaire supposé incontournable pour lutter contre le changement climatique. Ce type de tension se manifeste dans de multiples domaines et sur différentes échelles sociales, temporelles et spatiales. Des logiques incommensurables et des tensions irréductibles se révèlent dans les manières de penser et d’agir. En mettant à la juste distance les mots d’ordre et les catégories globales, de la société du risque à l’effondrement, en passant par le développement durable ou l’anthropocène, le pragmatisme sociologique s’intéresse à la manière dont des acteurs articulent, hiérarchisent et mettent en discussion des formes de raisonnement, des savoirs outillés et des expériences pratiques.

Ce qui se donne à voir ce sont des rapports hétérogènes aux écosystèmes, aux dérèglements qui les affectent et aux manières d’y remédier. Plutôt que de projeter des formules totalisantes, l’enquête conduit aux points de jonction, et de friction, entre des représentations, des dispositifs et des milieux liés à des enjeux déterminés. C’est ici que l’entrée par les controverses est particulièrement fructueuse : en étudiant des processus critiques de longue durée, faits d’alertes et de conflits, de mobilisations politiques et de formes de régulation (changement climatique, nucléaire, OGM, pesticides, perturbateurs endocriniens, pollution de l’air, gaz de schiste, ainsi que tous les conflits autour de la transition énergétique), on voit s’exprimer, au-delà des seules expressions publiques, une diversité de ruptures, de déplacements, de réversibilisations ou de reconstructions des façons d’être au monde, que l’on a rassemblées sous le concept de “contre-anthropocènes”. On observe ainsi comment les causes environnementales ne relèvent pas d’une simple “gestion des risques” mais engagent des rapports de pouvoir et des formes de vie qui mettent humains et non-humains aux prises avec autant de déterminations que d’incertitudes, d’irréversibilités que de possibilités de bifurcation, de vulnérabilités que de capacités d’agir.

Markku Lehtonen, Universitat Pompeu Fabra, Barcelona, Spain

Les promesses des technologies nucléaires : leçons de l’histoire récente pour les transitions énergétiques

L’histoire de l’énergie nucléaire se caractérise par une longue série de promesses techno-scientifiques controversées. De telles promesses sont essentielles pour rassembler les ressources, le soutien, et la motivation pour l’innovation technologique et partant, les transitions. Promues dans l’après-guerre comme pourvoyeurs de la paix et des grandes solutions aux défis énergétiques et de la paix, les technologies nucléaires sont aujourd’hui présentées comme une contribution parmi d’autres aux transitions énergétiques. La dernière dans la série des promesses, les « petits réacteurs modulaires » (SMR), représente par ailleurs un changement d’échelle : fabriqués en série, ils seraient non seulement plus sûrs, flexibles, socialement acceptables et moins coûteux que les grands mégaprojets nucléaires, mais ils s’adapteraient mieux aux systèmes énergétiques décentralisés de l’avenir.

Afin de mettre les débats actuels autour des SMR dans une perspective plus large et comparative, cette présentation s’appuie sur les résultats de 15 ans de recherche sur les controverses autour des projets nucléaires, dont notamment : 1) les réacteurs de type « évolutionnaire » EPR (European Pressurised Reactor), en cours de construction depuis plus d’une décennie sur trois sites en Finlande, France, et le Royaume-Uni, et 2) les projets de stockage des déchets nucléaires en Finlande, France et Suède – les pays pionniers en la matière. La présentation met en exergue le rôle des controverses et des différentes dimensions de la confiance, méfiance et défiance dans la construction des promesses, dans des conditions culturelles, politiques, et institutionnelles variées. L’expérience nucléaire invite à la réflexion concernant le rôle des promesses et des mégaprojets dans les transitions vers le développement durable.

The conference is organized by:

LogoGerHFModifFondBlanc_500x315.png
Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

With the support of:

FRS-FNRS ros vert transp
Une image contenant texte

Description générée automatiquement

This event has received the quality label of the SFSIC (French Society of Information and Communication Sciences).

Société Française des Sciences de l'Information & de la ...
https://comenvironnement.hypotheses.org/

The Study and Research Group “Communication, Environment, Science and Society” is part of the French Society of Information and Communication Sciences (SFSIC). The group is a meeting and research space for environmental communication, defined by the International Environmental Communication Association (IECA) as “all the various forms of interpersonal, group, public, organizational and mediated communication that constitute the social debate on environmental problems and issues and our relationship with the rest of nature”.

This group aims to provide an open space for dialogue between scientists, society and professional communities in order to increase the influence of research carried out on themes that are increasingly important in our society. All the researchers in this group wish to build skills and knowledge useful for the “ecological transition” that has become essential in the Anthropocene era.

The thematic perimeter of the group includes the different communicational aspects of notions related to environmental concerns: ecology, sustainable development, ecological transition, risk, scientific and popularization discourse, scientific and museum communication, mobilization, crises, discourses and communicational activities of public and private, market and non-market actors, at local, national and international levels, using all types of technology, media and devices. All research approaches and methodologies in information and communication sciences can be used.

Group leaders: Céline Pascual Espuny, Aix-Marseille University, celine.pascual@univ-amu.fr; Andrea Catellani, catholic University of Louvain – UCLouvain, andrea.catellani@uclouvain.be



Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en communication scientifique et environnementale Université Grenoble Alpes (UFR LLASIC Institut des Médias et de la Communication) Conservatrice du Patrimoine Naturel (Ville de Grenoble)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search