Appel à Communication « Nouveaux ancrages de la veille en sciences de l’information et de la communication»


Dossier Étude de communication n° 60

Dossier coordonné par :Audrey Knauf (CREM, Université de Lorraine), Stéphane Goria (CREM, Université de Lorraine) et Stéphane Chaudiron (GERiiCO, Université de Lille)

Depuis la fin des années 50, la veille, qu’elle soit documentaire, informationnelle ou stratégique, fait l’objet de nombreuses recherches à l’échelle nationale comme internationale. Après les travaux pionniers, d’origine essentiellement anglo-saxonne et relevant de diverses approches, issues des sciences économiques, du marketing ou de la gestion des entreprises (dont Luhn, 1958 ; Alden et al., 1959 ; Guyton, 1962 ; Albaum, 1964 ; Cassady, 1964), puis de quelques travaux l’abordant du point de vue des sciences de l’information et de la documentation (dont Connor, 1967 ; Swanson et Culnan, 1978), la veille devient un objet de recherche important dès les années 1970 dont se saisissent les chercheurs français (par exemple Bourcier-Desjardins et al., 1990). C’est ainsi que, tant en sciences économiques qu’en gestion, la veille et ses spécificités ont commencé à être étudiées et formalisées en France par de nombreux auteurs (dont Martinet et Silem, 1981 ; Lesca, 1983 ; Saporta, 1987 ; Martinet et Ribault, 1988). Peu après, des chercheurs en sciences de l’information et de la communication (dont Dou et Hassanaly, 1982 ; Bayen, 1985 ; Gayon, 1989 ; Maire, 1989 ; Quoniam, 1991) s’emparent de cet objet de recherche en l’abordant par le biais de l’information scientifique et technique, de la veille technologique et de ses aspects documentaires et bibliométriques.

Ces recherches ont ainsi préparé à la mise en évidence et à la définition de l’intelligence économique comme objet de recherche dès le milieu des années 1990. Si l’apport spécifique des sciences de l’information et de la communication y a été important, avec un positionnement permettant d’y apporter un éclairage supplémentaire (Couzinet, 2005), cette nouvelle notion a aussi engendré de très nombreux débats (Blanc, 2008) passant ainsi au second plan les recherches sur la veille, limitant souvent son étude à l’évolution de certains de ses aspects techniques. Pourtant, la veille a toujours été pratiquée et n’a pas cessé d’évoluer au fil des années. Elle s’est adaptée aux différents développements technologiques, organisationnels et communicationnels qui ont changé la relation entre l’information et l’usager et ont donné lieu à des spécialisations (veille collaborative, veille collective, veille de e-reputation, etc.). Plus récemment, de nouvelles pratiques de veille se sont affirmées : certaines portent sur la manière d’appréhender la résolution de problèmes en mobilisant un grand nombre de personnes (crowdfundingcrowdsourcingcrowdstorming, etc.) (Rouzé et Matthews, 2018) ; d’autres sont propres à l’organisation des processus de veille intégrés à des projets développés, notamment, en mode agile (Goria, 2020) ou dans un cadre d’apprentissage (Pinte, 2005 ; Knauf et Falgas 2020). Mentionnons également les recherches qui portent sur les implications liées à l’apparition de nouvelles formes de protection informationnelle relevant par exemple du règlement général de la protection des données (RGPD), du mouvement Open Source ou des différentes formes de licence libre et, plus largement, les mutations des pratiques et des processus de veille engendrées par le numérique (Pech, 2019).

Compte tenu de ces évolutions, il semble utile de réinterroger la veille, dans ses multiples formes, pratiques, processus, stratégies au regard des sciences de l’information et de la communication. Ce dossier vise à identifier et analyser les ancrages de la veille dans le champ des sciences de l’information et de la communication. Il s’intéresse ainsi aux méthodologies, théories et épistémologies mobilisées par les SIC pour étudier les usages, les pratiques, les méthodes, les dispositifs propres à la veille.

Il s’agit d’aborder la veille selon une approche centrée sur l’usager et son environnement et non sur l’apport de nouvelles solutions techniques qui sont régulièrement abordées dans la littérature scientifique. Ce numéro doit également permettre de repositionner les travaux sur la veille par rapport à son histoire, mettre en évidence l’actualité de cette pratique et présenter de nouvelles perspectives de recherche la concernant. Les contributions attendues à ce numéro porteront sur la veille sous l’angle des SIC et pourront s’inscrire, de manière non limitative, dans les différents champs suivants :

Les propositions pourront s’inscrire dans les quatre axes suivants :

  • les nouvelles formes et les nouveaux acteurs,
  • l’impact des contextes crise, sanitaire, e-réputation, cybercriminalité, manipulation des données de masse, désinformation, etc. sur les pratiques de veille,
  • les enjeux info-communicationnels, organisationnels et culturels,
  • la perception de la part de ses experts comme du grand public,
  • son processus au regard des changements sociétaux,
  • ses dispositifs socio-techniques et pédagogiques,
  • ses dispositifs de médiation relevant de la gestion de communautés en ligne,
  • sa place dans la gestion et la communication de crise,
  • l’évolution des publications dédiées à la veille selon les domaines et les pays,
  • ses textes fondateurs et les concepts qui lui sont associés (intelligence économique et territoriale, organisation des connaissances, systèmes d’information et outils d’aide à la décision, gestion des risques informationnels, renseignement, etc.).

Comité de lecture (en cours de constitution)

C. Alloing, UQAM, Montréal, Canada

C. Bourret, Dicen IdF, Université Gustave Eiffel

F. Bouthillier, McGill University, Montréal, Canada

L. Desmoulins, Dicen IdF, Université Gustave Eiffel

B. Epron, Hautes école de gestion, Genève, Suisse

A. Lezon, Paragraphe, Université de Paris 8

H. Lrhoul, École des sciences de l’information, Rabat, Maroc

C. Marcon, Cerege, Université de Poitiers

D. Maurel, EBSI, Université de Montréal, Canada

N. Moinet, Cerege, Université de Poitiers

D. Reymond, IMSIC, Université de Toulon

B. Simonnot, Crem, Université de Lorraine

F. Thiault, PREFics, URFIST de Rennes

Sélection des propositions

La sélection des propositions de contribution se fait en deux temps :

  • sur la base d’un résumé de 1 500 à 2 000 mots qui présentera les objectifs, l’argumentation et l’originalité de la proposition ainsi que quelques orientations bibliographiques,
  • pour les résumés retenus, une seconde évaluation sera réalisée sur la base des articles définitifs.

Les instructions aux auteurs, à respecter scrupuleusement, sont disponibles sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/edc/668.

L’évaluation sera assurée de manière anonyme par au moins deux lecteurs du comité.

L’envoi des résumés au format Word (.docx) ou OpenDocument (.odt) se fait au plus tard le 15 février 2022 aux trois adresses suivantes :

Les propositions d’articles et les articles définitifs d’une longueur de 35 000 à 40 000 signes (espaces, notes de bas de page et bibliographie compris) peuvent être soumis en français, en portugais ou en anglais. Les articles définitifs sont publiés en français pour la version papier du numéro de la revue, et en anglais, et français pour la version électronique. Aucun engagement de publication ne peut être pris avant la lecture du texte complet.

Calendrier

15 février 2022 : soumission des résumés pour évaluation

15 avril 2022 : notification de l’acceptation ou du refus

15 septembre 2022 : soumission de la version complète des articles

15 décembre 2022 : réception des versions définitives des articles

Juin 2023 : publication du dossier dans le numéro 60 d’Études de Communication

Appel à articles pour la rubrique Varias

Études de communication lance un appel à articles permanent pour sa rubrique Varias.
Toutes les propositions dans les différents domaines de la recherche en SIC sont les bienvenues. Les consignes de rédaction sont disponibles sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/edc/668.

Bibliographie indicative

Albaum, G. (1964). Horizontal information flow: An exploratory study. Academy of Management Journal, 7(1), 1-33.

Alden, B. H., Campbell, B. C., Courtney, T. W., Chandaria, A. M., Ewald, A. A., Griner, J. A. et Moffatt, J. B. (1959). Competitive intelligence: information, espionage, and decision-making, a special report for businessmen. C I Associates.

Aguilar, F. (1967). Scanning the business environment. Macmillan.

Bayen, M. (1985). La veille technologique : une nécessité pour l’industrie. Actes du 6e Congrès national sur l’information et la documentation tenu à Versailles, 135-142.

Blanc, C., Delbecque, É. et Ollivier, T. (2006). Quand l’information devient stratégique. Hermès44(1), 87-91.

Bourcier-Desjardins, R., Mayère, A., Muet, F. et Salaün, J. M. (1990). Veille technologique. Revue de la littérature et étude de terrain. Rapport. CERSI, ENSB. https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1379-veille-technologique-revue-de-la-litterature-et-etude-de-terrain.pdf

Cassady, R. (1964). The Intelligence Function and Business Competition. California Management Review, 6(3), 85-92.

Couzinet, V. (2005). Intelligence économique et Sciences de l’information et de la communication : quelles questions de recherche ? David, A. (dir.), Organisation des connaissances dans les systèmes d’information orientés utilisation : Actes du colloque international de ISKO-France. Presses Universitaires de Nancy, 13-26.

Dou, H. et Hassanaly P. (1982). Quand l’information va vers le chercheur. Bulletin des bibliothèques de France (BBF)7, 399-401.

Gayon, E. (1989). Le service de documentation, pivot de la veille technologique. Actes de la conférence IDT 89: information, documentation, transfert des connaissances : l’information, un enjeu pour l’entreprise. ADBS, 29-33.

Goria, S. (2020). L’entreprise sous le prisme des combinaisons des méthodes d’agilité, de créativité et de veille. Marché et organisations39(3), 17-38.

Guyton, W. J. (1962). A guide to gathering marketing intelligence. Industrial Marketing, March, 84-88.

Kelley, W.T. (1965). Market Intelligence: The management of Marketing Information. Stapes Press.

Knauf, A. et Falgas, J. (2020). Les enjeux de l’hybridation pour l’apprentissage coactif : retours d’expériences dans l’enseignement supérieur. Distances et Médiations des Savoirs, 30. https://doi.org/10.4000/dms.5073

Lesca, H. (1983). L’information stratégique du dirigeant. Revue française de gestion, 43, 14-19.

Luhn, H.P. (1958). A business intelligence system. IBM Journal of Research and Development2(4), 314-319https://doi.org/10.1147/rd.24.0314

Maire, G. (1989). La veille technologique : les brevets des autres sources d’information et d’innovation. Travail et méthodes, 475, 25-29.

Marteau, G. (1985). La Fonction “surveillance de l’environnement” dans la PMI ouverte sur l’extérieur et engagée dans des technologies de pointe. Rapport de recherche 85-12. CERAG.

Martinet, B. et Ribault, J.M. (1988). La veille technologique concurrentielle et commerciale. Éditions d’Organisation.

Martinet, A. C. et Silem, A. (1981). Les besoins des PME en information externes. Enseignement et gestion, 19, 43-48.

Quoniam, L. (1991). Quelle est l’évolution prévisible des services de documentation dans/pour les entreprises et les organisations ? Quelques réponses fournies par la recherche et l’enseignement. Arbido-R, 6(2), 42-45.

Pech, Y. (2019). Vers une intelligence cyber : Penser le renseignement augmenté dans la noosphère. Prospective et stratégie10(1), 73-102.

Pinte, J. P. (2005). Les outils de la veille pédagogique. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 2(1), 20-29.

Rouzé, V. et Matthews, J. (2018). Les plateformes de crowdfunding culturel : entre figures de l’artiste entrepreneur et entrepreneurs polymorphes. Les Enjeux de l’information et de la communication19(1), 35-50.

Saporta, B. (1987). La segmentation en marketing industriel. Recherche et Applications en Marketing, 2(4), 39-52.

Swanson, E. B. et Culnan, M. J. (1978). Document-based systems for management planning and control: A classification, survey, and assessment. MIS Quarterly, 2, 31-46. https://doi.org/10.2307/248903

—————————

Jacques Walter

Professeur des Universités émérite

Centre de recherche sur les médiations
+33 (0)6 18 44 75 48

crem.univ-lorraine.fr

journals.openedition.org/questionsdecommunication

journals.openedition.org/pratiques

publictionnaire.huma-num.fr

CALL FOR PAPERS:Journal Étude de communication n° 60
Website: https://journals.openedition.org/edc/

“New Approaches to Intelligence in Information-Communication Science Research”

Coordination
Audrey Knauf (CREM, Université de Lorraine)
Stéphane Goria (CREM, Université de Lorraine)
Stéphane Chaudiron (GERiiCO, Université de Lille)

Business intelligence practices—including strategic business intelligence as well as information and documentary intelligence — have been the object of numerous studies on an international scale since the end of the 1950s. The first pioneering research on intelligence, most notably in the Anglophone world, was conducted from an economic, marketing and business management perspective (including Luhn, 1958; Alden et al, 1959; Guyton, 1962; Albaum, 1964; Cassady, 1964). A Library and Information science approach to intelligence subsequently emerged (including Connor, 1967; Swanson and Culnan, 1978) and issues in monitoring, environmental scanning and other types of business intelligence became important research objects in the 1970s. At this time, French researchers took up the generic term “veille” to designate intelligence practices (e.g. Bourcier-Desjardins et al., 1990). The processes and characteristics of veille, that we will name here in a very generic way business intelligence, began to be studied and formalized in France by numerous authors in the fields of economics and management (including Martinet and Silem, 1981; Lesca, 1983; Saporta, 1987; Martinet and Ribault, 1988). Shortly afterwards, researchers in Information and Communication sciences (including Dou and Hassanaly, 1982; Bayen, 1985; Gayon, 1989; Maire, 1989; Quoniam, 1991) began to pursue research on business intelligence, approaching it from the point of view of scientific and technical information, technological intelligence and documentary and bibliometric concerns.

This research prepared the way for the identification and definition of the French concept of “intelligence économique” as a research object in the mid-1990s. This concept corresponds to an integrated approach to essential information functions in organizations including business intelligence, lobbying, networking and protection of information assets. Yet while information and communication sciences made an important contribution to the development of this new concept (Couzinet, 2005), the issues and debates which were raised (Blanc, 2008) left research on business intelligence (business intelligence) in the background; the study of business intelligence has in fact often been limited to the evolution of certain technical aspects. Business intelligence practices have nonetheless continued to evolve over the years, adapting to various technological, organizational and communicational developments that have changed the relationship between users and information. These changes have led to specialized business intelligence work (such as collective monitoring, e-reputation monitoring, collaborative watch, etc.). More recently, new practices which have proven useful for business intelligence have emerged: some focus on how to solve problems by engaging large numbers of people (crowdfunding, crowdsourcing, crowdstorming, etc.) (Rouzé and Matthews, 2018); others involve the use of intelligence processes in agile methods projects (Goria, 2020) or in a learning context (Pinte, 2005; Knauf and Falgas 2020). We can also mention research on the implications of new forms of information protection, such as the General Data Protection Regulation (GDPR), the Open Source movement or free licensing and, more broadly, the changes in business intelligence practices and processes brought about by digital technology (Pech, 2019).

In consideration of these recent evolutions, this thematic issue seeks to renew questions about business intelligence, in its multiple forms, practices, processes, and strategies, from an Information and Communication sciences perspective. We aim to identify and analyze how business intelligence is addressed in the field of Information and Communication sciences, methodologically speaking as well as in theoretical and epistemological terms. This issue aims as well to determine how Information and Communication Sciences study the uses, practices, methods and devices specific to business intelligence.

We seek to approach business intelligence from a user- and environment-centered perspective and not from the perspective of technical solutions that are regularly discussed in the scientific literature. We also seek to develop research on the evolution of business intelligence practices and on current uses of business intelligence and to encourage new research perspectives in the field. Contributions to this issue should focus on business intelligence from an Information and Communication sciences perspective and can address the following areas, but are not restricted to them:

  • new forms and new actors,
  • the impact on monitoring practices (scanning, surveillance…) of various contexts relating to crisis, health issues, e-reputation, cybercrime, mass data manipulation, disinformation, etc.,
  • information-communication, organizational and cultural issues,
  • experts’ and general public’s perceptions of business intelligence,
  • processes of business intelligence with regard to societal changes,
  • socio-technical and educational devices for business intelligence,
  • mediation devices for business intelligence related to online community management,
  • the role of business intelligence in crisis management and communication,
  • the evolution of publications on business intelligence in different disciplinary fields and countries,
  • foundational texts and associated concepts (economic and territorial intelligence, strategic or competitive intelligence, environmental scanning, knowledge organization, information systems and decision support tools, information risk management, etc.).

Scientific Committee (to be completed)

C. Alloing, UQAM, Montréal, Canada

C. Bourret, Dicen IdF, Université Gustave Eiffel

F. Bouthillier, McGill University, Montréal, Canada

L. Desmoulins, Dicen IdF, Université Gustave Eiffel

B. Epron, Hautes école de gestion, Genève, Suisse

A. Lezon, Paragraphe, Université de Paris 8

H. Lrhoul, École des sciences de l’information, Rabat, Maroc

C. Marcon, Cerege, Université de Poitiers

D. Maurel, EBSI, Université de Montréal, Canada

N. Moinet, Cerege, Université de Poitiers

D. Reymond, IMSIC, Université de Toulon

B. Simonnot, Crem, Université de LorraineF. Thiault, PREFics, URFIST de Rennes

Review Process

All submissions will go through at two-part review process:

  • submission of a 1500–2000-word abstract which should include a presentation of objectives and principle arguments, explain the originality of the paper and provide key bibliographical references;
  • for selected abstracts, a second evaluation will be carried on completed articles.

Instructions to authors are available on the journal’s website:https://journals.openedition.org/edc/668

Proposals will be peer-reviewed according to a double-blind reviewing process.
Abstracts should be sent by 15 February 2022 in Word (.docx) or OpenDocument (.odt) format to the following three email addresses:

Paper proposals and final papers (35,000 characters including spaces, footnotes and bibliography) may be submitted in English and in French. No commitment to publication can be made until the full text has been read.

Important dates:

  • February 15, 2022: Deadline for submission of abstracts
  • April 15, 2022: Notification of acceptance or rejection
  • September 15, 2022: Deadline for full paper submission
  • December 15, 2022: Deadline for final version of accepted articles
  • June 2023: Publication of accepted articles in issue 60 ofÉtudes de communication (paper and digital)

Inidcative Bibliography

Albaum, G. (1964). Horizontal information flow: An exploratory study. Academy of Management Journal, 7(1), 1-33.

Alden, B. H., Campbell, B. C., Courtney, T. W., Chandaria, A. M., Ewald, A. A., Griner, J. A. et Moffatt, J. B. (1959). Competitive intelligence: information, espionage, and decision-making, a special report for businessmen. C I Associates.

Aguilar, F. (1967). Scanning the business environment. Macmillan.

Bayen, M. (1985). La veille technologique : une nécessité pour l’industrie. Actes du 6e Congrès national sur l’information et la documentation tenu à Versailles, 135-142.

Blanc, C., Delbecque, É. et Ollivier, T. (2006). Quand l’information devient stratégique. Hermès44(1), 87-91.

Bourcier-Desjardins, R., Mayère, A., Muet, F. et Salaün, J. M. (1990). Veille technologique. Revue de la littérature et étude de terrain. Rapport. CERSI, ENSB.https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1379-veille-technologique-revue-de-la-litterature-et-etude-de-terrain.pdf

Cassady, R. (1964). The Intelligence Function and Business Competition. California Management Review, 6(3), 85-92.

Couzinet, V. (2005). Intelligence économique et Sciences de l’information et de la communication : quelles questions de recherche ? David, A. (dir.), Organisation des connaissances dans les systèmes d’information orientés utilisation : Actes du colloque international de ISKO-France. Presses Universitaires de Nancy, 13-26.

Dou, H. et Hassanaly P. (1982). Quand l’information va vers le chercheur. Bulletin des bibliothèques de France (BBF)7, 399-401.

Gayon, E. (1989). Le service de documentation, pivot de la veille technologique. Actes de la conférence IDT 89: information, documentation, transfert des connaissances : l’information, un enjeu pour l’entreprise. ADBS, 29-33.

Goria, S. (2020). L’entreprise sous le prisme des combinaisons des méthodes d’agilité, de créativité et de veille. Marché et organisations39(3), 17-38.

Guyton, W. J. (1962). A guide to gathering marketing intelligence. Industrial Marketing, March, 84-88.

Kelley, W.T. (1965). Market Intelligence: The management of Marketing Information. Stapes Press.

Knauf, A. et Falgas, J. (2020). Les enjeux de l’hybridation pour l’apprentissage coactif : retours d’expériences dans l’enseignement supérieur. Distances et Médiations des Savoirs, 30. https://doi.org/10.4000/dms.5073

Lesca, H. (1983). L’information stratégique du dirigeant. Revue française de gestion, 43, 14-19.

Luhn, H.P. (1958). A business intelligence system. IBM Journal of Research and Development2(4), 314-319https://doi.org/10.1147/rd.24.0314

Maire, G. (1989). La veille technologique : les brevets des autres sources d’information et d’innovation. Travail et méthodes, 475, 25-29.

Marteau, G. (1985). La Fonction “surveillance de l’environnement” dans la PMI ouverte sur l’extérieur et engagée dans des technologies de pointe. Rapport de recherche 85-12. CERAG.

Martinet, B. et Ribault, J.M. (1988). La veille technologique concurrentielle et commerciale. Éditions d’Organisation.

Martinet, A. C. et Silem, A. (1981). Les besoins des PME en information externes. Enseignement et gestion, 19, 43-48.

Quoniam, L. (1991). Quelle est l’évolution prévisible des services de documentation dans/pour les entreprises et les organisations ? Quelques réponses fournies par la recherche et l’enseignement. Arbido-R, 6(2), 42-45.

Pech, Y. (2019). Vers une intelligence cyber : Penser le renseignement augmenté dans la noosphère. Prospective et stratégie10(1), 73-102.

Pinte, J. P. (2005). Les outils de la veille pédagogique. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 2(1), 20-29.

Rouzé, V. et Matthews, J. (2018). Les plateformes de crowdfunding culturel : entre figures de l’artiste entrepreneur et entrepreneurs polymorphes. Les Enjeux de l’information et de la communication19(1), 35-50.

Saporta, B. (1987). La segmentation en marketing industriel. Recherche et Applications en Marketing, 2(4), 39-52.

Swanson, E. B. et Culnan, M. J. (1978). Document-based systems for management planning and control: A classification, survey, and assessment. MIS Quarterly, 2, 31-46. https://doi.org/10.2307/248903

—————————

Jacques Walter

Professeur des Universités émérite

Centre de recherche sur les médiations

crem.univ-lorraine.fr

journals.openedition.org/questionsdecommunication

journals.openedition.org/pratiques

publictionnaire.huma-num.fr


Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en communication scientifique et environnementale Université Grenoble Alpes (UFR LLASIC Institut des Médias et de la Communication) Conservatrice du Patrimoine Naturel (Ville de Grenoble)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search