Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 298 p.)

Note de lecture – Thierry LIBAERT

1Défendre la cause de l’environnement est un ouvrage de sociologie politique portant sur cinq organisations environnementales françaises : Fonds mondial pour la nature (WWF), Greenpeace, Amis de la Terre (AT), Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), et France Nature Environnement (FNE). L’auteure développe ici une analyse comparative de l’histoire de ces cinq associations depuis leur création et vise à en expliquer les particularités. L’axe majeur de la recherche concerne l’appareil organisationnel expliqué au travers de la structuration de l’association, ses publics, ses modes de financement.

2L’ouvrage est particulièrement détaillé et permet de dépasser les analyses classiques fondées sur la sociologie du militantisme ou les dispositifs de communication du combat environnemental. Parmi les apports de cette recherche, l’auteure constate une forte stabilité dans la relation aux différents publics avec des focalisations particulières (grand public, pouvoirs publics, entreprises, autres associations) selon les associations. Tout en adoptant une posture pragmatiste et anti-déterministe, la démonstration indique une forte stabilité dans le temps des caractéristiques de chacune des associations.

3Parmi les constats que le livre permet d’effectuer, il y a d’abord le dépassement d’une approche trop hative d’une distinction entre associations selon l’appartenance ou non à un réseau international, ce qui placerait ensemble d’un côté les AT, Greenpeace et le WWF, et de l’autre FNE et la LPO. Nathalie Berny montre que ce critère n’est pas à lui seul pertinent pour caractériser le parcours des différentes associations. De même, chacune des associations a connu, peu ou prou, le même type d’évolution entre un moment fondateur, une stabilisation des compétences, une phase de professionnalisation dans les années 1980-1990, une phase de convergence suivie d’une évolution particulière à la suite d’un moment fort, le Grenelle de l’environnement en 2007. Il s’agissait en effet de la première fois où les ONG environnementales étaient invitées à participer directement au processus de détermination des orientations de politique environnementale d’un gouvernement.

4Autre particularité moins connue, chacune des associations étudiées, à l’exception peut-être de la LPO, a connu une histoire interne agitée, faite de controverses, remise en cause des choix, crispation des relations notamment entre administrateurs, salariés et bénévoles : « Avec des décalages dans le temps, toutes ces organisations sont marquées par des conflits. Ils se manifestent dans des situations a priori contrastées, des fragilités financières pour les AT et FNE ou de compression des effectifs et des moyens pour la LPO, le WWF et Greenpeace » (p. 186). Dans les années 1990, chaque association s’engage vers un développement des compétences externes lui permettant d’acquérir une expertise pouvant crédibiliser ses propositions, et cela au moment où les grandes manifestations environnementales connaissent une participation moindre. La professionnalisation concerne les dossiers techniques mais également les méthodes de collecte des fonds, notamment avec le street marketing, d’abord utilisé par Greenpeace ou le partenariat entreprise initié par le WWF.

5On pourra regretter quelques erreurs ; ce n’est pas l’association « Environnement sans frontière » qui a eu l’idée du Grenelle de l’environnement (p. 207), mais « Écologie sans frontière », ce n’est pas Romano Prodi qui était présent aux côtés de Nicolas Sarkozy lors de la conférence de presse finale du Grenelle de l’environnement, mais José-Manuel Barosso (p. 260). On note aussi quelques approximations sur le rôle des associations dans la conclusion du Grenelle de l’environnement ou le rôle de certains acteurs avec l’écologie politique, mais cela est rarissime.

6Pour les chercheurs en sciences de l’information et de la communication, le livre présente de nombreux apports. D’abord, il expose l’émergence des services de communication de chaque association (13 salariés au WWF sans compter les services marketing ou fundraising), la spécialisation relative des thèmes en raison de la compétition entre associations à cause de la réduction des financements publics, et les thèmes porteurs à l’exemple du WWF qui tâche de conserver une image « animalière » puisque celle-ci est la plus efficace en termes d’appels aux dons. L’approche organisationnelle choisie par l’auteur, sa prise en compte des projets fondateurs, leur évolution, le type de management, permettent également de mieux appréhender les stratégies de communication mises en place. Finalement un ouvrage de référence sur les associations environnementales françaises que nous ne pouvons que recommander.Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Libaert, « Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle », Questions de communication, 38 | 2021, 685-686.

Référence électronique

Thierry Libaert, « Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle », Questions de communication [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 23 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/24749 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.24749Haut de page

Auteur

Thierry Libaert

Université catholique de Louvain, Elie, B-1348 Louvain-la-Neuve, Belgique



Citer ce billet
Catherine GAUTHIER (2021, 30 juillet). Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 298 p.). Carnet GER ComEnSS (Communication Environnement Science Société). Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n14k

Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en Sciences de l'Information Communication Université Grenoble Alpes Conservatrice du Patrimoine Naturel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search