Retour (1) sur l’école d’été de l’Université de Loraine du 7 juin 2021 : « Trajectoires de chercheurs et engagement. Terrains, concepts, disciplines ».

Table-ronde animée par François Allard-Huver et Marieke Stein, Maîtres de conférences en SIC, CREM, Université de Lorraine.

Introduction par Marieke Stein.

La question de l’engagement, de nombreux chercheurs sont amenés à se la poser, à un moment ou un autre de leur parcours, quels que soient sa discipline ou son objet d’études. Ce questionnement n’est pas récent, ni, évidemment, limité au domaine environnemental. Mais la multiplication des controverses environnementales ces dernières années les posent avec une acuité particulière : difficile en effet d’analyser les relations d’acteurs et les discours autour des nanotechnnologies, du nucléaire, du gaz de schiste, des OGM, de la construction d’aéroports, de la réalité du changement climatique, sans avoir une opinion sur ce sujet, sans se demander quoi faire de cette opinion lorsqu’on doit produire de la connaissance sur le sujet, sans se sentir peut-être tenté d’entrer dans l’arène – arène de discussion, mais peut-être aussi arènes des luttes environnementales. La distanciation, l’objectivité, voire la neutralité, restent toujours une sorte d’impératif, même tacite, même discuté, même contesté. Mais cet idéal est-il tenable ? La question traverse en fait toutes les disciplines, même si elle est peut-être posée plus frontalement dans les SHS que dans les sciences expérimentales. Le rapport au terrain, aux objets de recherche, appelle souvent les chercheurs à faire des choix quant à leur positionnement (qui ne résulte d’ailleurs pas nécessairement d’une intention préalable) et, au-delà, à réfléchir à la fonction qu’ils s’assignent en tant que chercheurs. A rebours d’une vision idéalisée du chercheur entièrement animé par la seule recherche de la connaissance, le chercheur, particulièrement en sciences sociales, est pris dans une multitude de relations d’interdépendance (avec son université, avec ses financeurs, avec ses enquêtés), doit répondre à des injonctions parfois contraires, notamment dans le cadre de recherches financées. C’est bien le problème de certaines recherches « sur » l’acceptabilité sociale d’un projet « sensible », qui, sous la pression de l’institution, des financeurs, des partenaires, court parfois fortement le risque de devenir une recherche « pour » l’acceptabilité. Le chercheur confronté à des « questions vives » doit-il s’engager ou, pour paraphraser le titre d’un ouvrage de la sociologue Sylvie Olllitrault, « militer pour la planète » ? Est-ce son rôle, ou doit-il se limiter à « produire de la connaissance » ? Les deux visées sont-elles compatibles ? Ou peut-être faut-il poser la question inverse : comment, face à certains sujets, peut-on ne pas s’engager. Ce questionnement est déjà ancien ; ses bases ont été posées par les débats du XIXe siècle sur l’engagement de ce qu’on appelait alors « les intellectuels » ; au début du XXe siècle, c’est la notion de « neutralité axiologique » qui fait son apparition dans les SHS, avec Max Weber (2017, Le Savant et le politique), notion souvent convoquée mais également souvent mal comprise. Depuis, cette question revient régulièrement dans les productions des chercheurs, ravivée par la multiplication des controverses sociotechniques ces dernières années. On peut citer la série des « échanges » de Questions de communication, n° 2 à 5, 2002-2003, à partir de la proposition, âprement discutée, de « neutralité engagée » par Nathalie Heinich associant une suspension du jugement de valeurs à une prise en compte compréhensive des logiques des acteurs en présence ; voir aussi Jacques Ion, L’engagement au pluriel, 2001 ; 2 ; plus récemment : Jean-Pascal Higelé, Lionel Jacquot (dirs), Engagements et sciences sociales. Histoires, paradigmes et formes d’engagement, PUN – 2017…). Cette multiplicité d’approches n’épuise pourtant pas le sujet. Au contraire, peut-être brouille-elle toujours plus la question de l’engagement du chercheur, en superposant les paradigmes, en multipliant les désignations de postures méthodologiques et épistémologiques (engagement distancié, recherche impliquée, intervention sociologique, participation observante, recherche-action participative, etc.). Les définitions mêmes du terme sont multiples, depuis l’usage courant (implication volontaire et délibérée dans une action généralement collective) jusqu’à la théorie de l’engagement issue de la psychologie sociale (Joule et Beauvois, 2009, 2012). D’une certaine manière, on peut poser comme constat préalable que tout chercheur est engagé, puisqu’il existe de multiples formes d’engagement, entre militantisme, implication dans sa recherche et dans la production de connaissance, recherche d’une utilité sociale, qui elle-même doit être définie. … Ces différentes formes d’engagement engagent une pluralité de rapports au monde, qui se déploient sur des plans idéologiques, mais aussi esthétiques, sensibles, d’écriture, de terrain… et déterminent des postures systématiquement singulières. C’est cette pluralité de postures et de questionnements que nous allons donner à voir lors de cette table ronde. Pas question de vouloir faire ici une synthèse des réflexions épistémologiques existantes, ce qui serait insurmontable, et peu pertinent face au constat qu’on ne parle pas tous de la même chose lorsqu’on parle d’engagement ; l’un des objectifs de cette table ronde va être de montrer la diversité des trajectoires et des réflexions de chercheurs qui ont été aux prises, à un moment ou à un autre, avec cette question de l’engagement, mais aussi de montrer différentes acceptions du terme et de la notion même d’engagement ; c’est pour montrer cette diversité que nous accueillons des chercheurs et des scientifiques de disciplines diverses, en SHS ou en sciences expérimentales, qui ont été amenés à faire différents choix relatifs à leur rôle social en tant que chercheurs (sans forcément qu’il y ait eu « décision préalable »). *** Mikael Chambru MCF SIC, Université Grenoble-Alpes Dans cette communication, j’ai fait le choix de présenter un terrain de recherche qui m’a amené à nous poser la question de l’engagement parmi trois terrains qui posent à différents niveaux cette question (Electronucléaire / Loup / Risques naturels en montagne). Ici, je parlerai du loup. Sur ce terrain, le chercheur est pris dans un spectre d’injonction : pris dans des injonctions contradictoires par les différents acteurs, des financeurs aux acteurs du terrain. Or, si la question est de l’engagement est souvent un impensé, elle est très vite problématique. En effet, le loup depuis sa réintroduction dans les années 90 est au cœur d’un conflit d’usage important (Environnementalisme contre pastoralisme). Ce problème est cependant dans une phase de publicisation avancée : le problème est connu, traité et des solutions ont apportées par l’État. Or le problème n’est pas résolu et tous les ans se rejoue le conflit. Les chercheurs se retrouvent comme des participants et des parties-prenantes dans la façon dont ils vont problématiser leur recherche. Cette question n’est pas sans effet sur le contexte socio-politique. Différents cas de problématisation traduisent des engagements et des positionnements sur le sujet. Ici, j’ai cherché à faire preuve de réflexivité sur mes choix de prises de position. L’engagement ne se réduit pas à la catégorie du militant, un terme qui est parfois utilisé pour délégitimer les travaux d’autres chercheurs. On est tous militants de quelque chose. La question du militantisme est peu opérante. Les sciences sont ancrées dans le monde social : dès lors, les chercheurs participent à la construction des objets sociaux. Comment on se situe ? Comment on situe les connaissances produites ? Il y a un parti-pris de tout scientifique dans la production de ses travaux. Cela nécessite donc une réflexion importante sur la rigueur méthodologique. En somme, il y a des enjeux de pouvoirs sur tous les objets. Ne pas prendre en compte les enjeux de pouvoir est en soi un acte radical. Quels sont tes partis-pris quand tu travailles sur le loup ? Il y a un cadrage institutionnalisé avec des réponses techniciennes qui dépolitisent le sujet et un ensemble de questionnement sur le sujet qui sont écartés par la réponse technicienne. Je ne veux pas m’engager dans la réponse institutionnalisée mais je veux aller voir les acteurs de terrains pour comprendre comment eux s’emparent du problème. Comment ils se pensent parfois dans cette marge. Il faut sortir du clivage pro / anti-loup qui ne conduit à rien sauf à reproduire un conflit.   Sylvaine BULLE Professeur de sociologie, Université de Paris Sociologue des conflits et des collectifs autonomes, d’insurrections politiques, je travaille spécifiquement sur des scènes qui sont inaccessibles et des publics qui n’apparaissent pas à tous les moments. Je préfère parler de sociologie embarquée plutôt qu’engagée. Je travaille auprès de sociétés qui redéfinissent leur fonctionnement en se réappropriant des espace-temps, qui brouillent les récits. Ces acteurs se revendiquent de l’autonomie politique, de la collapsologie / effondrisme ? Ils s’inscrivent dans un régime politique de l’angoisse mais tous en lien d’une certaine manière avec l’autonomie. Le travail épistémique qui est entrepris ici cherche à rendre compte et suivre des acteurs qui cherchent à réinventer les formes de vies. Ces acteurs cherchent à être en prise avec le monde, ces acteurs savent dévoiler la réalité pour construire un monde qui réalise un écart avec la réalité avec une praxis politique tournée vers l’émancipation. Je parle d’« acteurs ordinaires » dans un moment de l’incertitude radicale qui construisent leur propre récit. Ces collectifs assument d’être en rupture, ils refusent les formes institutionnalisées, ils travaillent avec des opacités. Plus la réalité devient une forme d’homogénéisation, plus les acteurs s’opposent. Pour moi, les acteurs ordinaires sont en avance. La sociologie embarquée cherche à travailler avec, dans, et jamais sur. La sociologie ne peut pas être le dévoilement et la transparence. Épouser la transparence c’est épouser les instruments du pouvoir. Il y a une âpreté et une résistance du réel qui ne peut pas être balayée par une forme de populisme épistémique : le sociologue doit prendre la même forme de récit que celle de ses publics. Or, il faut retrouver la capacité à décrire les institutions de savoirs face à un langage de plus en plus transparent, désengageant qui ne prend pas acte de l’apprêtée du réel. Il faut trouver une place, se redéfinir, accepter de ne pas avoir de place. Aujourd’hui, le langage du savoir est absolument percolé sur les institutions. Les acteurs scientifiques doivent renouer avec des modalités de descriptions du monde plus complexes. Dès lors, penser l’engagement, s’engager, c’est échapper à une malédiction de la dépolitisation, du relativisme, etc. Il faut rendre compte de la capacité des acteurs à faire du nouveau.   Thibaud SAINT-AUBIN Ingénieur-géologue Le terrain sur lequel je travaille est celui de la question du renouveau minier en France. Il s’agit d’un projet de recherche-action né de la velléité de rouvrir des mines entre 2013-2015 avec de nombreux projets d’exploitations lancés à cette période. Dans ce cadre, de nombreux collectifs d’oppositions se sont formés et j’ai été invité par certains d’entre eux en tant qu’expert pour les aider à comprendre comment cela fonctionne / comment s’y opposer. Cette convocation s’est faite comme expert technique plutôt que comme acteur qui sensibilise aux impacts. Avec un collectif nous avons donc construit une enquête autour de plusieurs questions : Quels aspects de la mine sont questionnés ? Comment ils se structurent ? Quels sont les aspects « concrets » remis en cause ? Ce travail a abouti à la production d’un ouvrage avec l’aide de deux journalistes : Mauvaises Mines Cela pose la question de la posture : expert engagé ? Médiateur qui accompagne ? Alors que les permis d’exploitations périclitaient, le cycle du renouveau minier entre dans une deuxième phase sur le plan médiatique et politique avec des justifications sur les rapports à la dépendance énergétique / minière pour « forcer » le renouveau. Cela conduit à l’intersection de nouveaux espaces de débats. Pour moi le point de rupture a été de rompre avec le milieu professionnel, de sortir de la trajectoire convenue de l’ingénieur entrepreneur ou l’ingénieur conseil pour m’engager dans une nouvelle forme d’engagement militant : moins médiateur et plus co-constructeur de connaissances avec Ingénieurs Sans Frontières notamment. Une question m’a animée, pourquoi l’ingénieur ne s’intéresse pas à la finalité de ce qu’il fait ? Je me suis beaucoup appuyé sur l’outil de la « boussole de l’engagement » pour comprendre ma circulation personnelle dans les différentes postures.   François GUEROLD Professeur d’Ecologie, Université de Lorraine De par mon métier je cherche à comprendre les systèmes et les écosystèmes. Mais pour moi, est-ce que c’est l’engagement qui m’a amené à la recherche ou est-ce l’inverse ? J’ai toujours eu le bonheur d’être dans la nature. Face aux dérèglements et à l’effondrement de la biodiversité il faut s’interroger : Quelles en sont les causes ? Les conséquences ? Et comment peut-on stopper ? Mes recherches visent à répondre à la question des causes de l’effondrement des écosystèmes. Aujourd’hui en tant que chercheur, nous avons obligation de produire des connaissances et de les publier, mais trop souvent ces connaissances ne sont pas diffusées vers la société. Le chercheur ne doit pas publier que des travaux qui ne seront lus que par la communauté scientifique. Pour moi, il faut que la connaissance que j’ai acquise serve à irriguer la société… D’autant plus qu’elle est financée sur des fonds publics. Or, peu de chercheurs s’engagent car c’est du temps peu valorisé, pas consacré à la recherche ou plutôt à la valorisation de la recherche (publications). Il faut se demander comment faire une bonne vulgarisation, comment faire une bonne diffusion ? C’est indispensable. Le rôle du chercheur est de jouer sur des orientations politiques, car très peu de personnes ont des connaissances et des compétences. Je suis trop souvent confronté à des personnes qui doivent prendre des décisions sans avoir la culture scientifique nécessaire. Dès lors, comment faire pour prendre la parole face à des décisions qui déplaisent et de rappeler les conséquences des décisions politiques ? Plus encore, il y a un décalage entre les discours portés au niveau national et la réalité dans les territoires. Si les scientifiques ne s’expriment pas, ils laissent la parole à ceux qui n’ont pas la compétence. Si je me tais, j’ai presque l’impression presque de mentir, car je savais et je n’ai rien dit.   Joanna Gouzouazi Doctorante en sociologie des sciences Mon travail est consacré à l’analyse des discours scientifiques sur la géo-ingénierie climatique et plus spécifiquement sur les moyens de voiler la stratosphère pour réduire le changement climatique. Or, la géo-ingénierie climatique une approche qui me déplait. Par mes choix personnels, je préfère agir plutôt sur les changements de pratiques et de mode de vie et je m’oppose à ces approches technoscientifiques. J’ai donc cherché à comprendre comment fonctionne cette communauté autour de la géo-ingénierie qui est plus une « communauté de discours » qu’une communauté de recherche. Mon travail de thèse se concentre donc sur les discours des années 1990 à la fin des années 2010 et cherche à comprendre comment valoriser le développement de la recherche. Je suis allée chercher des méthodes dans l’analyse qualitative du discours pour mettre en évidence la structure argumentative de ces discours. Dans mon travail, je cherche à comprendre quelle est ma place en tant que chercheuse et comment déconstruire les normes du discours scientifique alors que les normes poussent le chercheur à s’effacer.


Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en communication scientifique et environnementale Université Grenoble Alpes (UFR LLASIC Institut des Médias et de la Communication) Conservatrice du Patrimoine Naturel (Ville de Grenoble)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search