Intervention de Daniel RAICHVARG, congrès 2021 SFSIC

Il est difficile de parler du passé sans en faire table-rase. Comment l’aborder sans anachronisme mais sans défaut de rationalité ? Surtout lorsqu’on l’a vécu. La reconstruction peut alors virer un petit peu à la nostalgie. Déjà le titre de ma présentation : Souvenirs obscurs (confus ?) d’un Mao-Écolo, espèce en voie d’apparition (1968) et de disparition (1978). Marx et en même temps Tarzan. Je vais prendre 3 exemples. 1962, 1974, 1979 : – 1962. Une année très productive… Coup sur coup deux livres et une émission de télévision. Le Printemps silencieux de Rachel Carson et L’Afrique noire est mal partie de René Dumont. Assez pour sensibiliser un jeune de 13 ans. – Rachel Carson, une scientifique américaine qualifiée de « femelle hystérique » par les industries chimiques, René Dumont à la TV en noir et blanc que mon papa venait d’acheter. Un René Dumont ingénieur à la voix grave, qui enlève la cravate, se présente en pull à col roulé et les mains dans les canaux d’irrigation en Egypte. On était déjà dans le local et le global et dans l’impact et la vie médiatique. Dumont sera candidat aux élections présidentielles en 1974 (Théodore Monod, JY Cousteau, Charles Piaget, militant syndical CFDT de chez Lip). 1,5%. Que dire des multiples vies médiatiques : nombreuses éditions pour Le Printemps silencieux (on pourrait écrire : le Printemps non silencieux après le confinement !), Al Gore y fait souvent référence, le livre est un succès partout. Il devient même théâtre cette année 2021 au Festival d’Avignon par Jean-Claude Idée, dramaturge franco-belge, fondateur des Universités Populaires du Théâtre. D’où une première interrogation : que faire et comment interpréter cette vie médiatique qui, plus wonderful que la pile Wonder, ne s’use pas si l’on s’en sert, au contraire elle augmente en y incluant, peut-être, la vie personnelle, sociale, culturelle, politique de leurs auteurs ? Passons rapidement sur le premier numéro du mensuel la Gueule ouverte (novembre 1972), à la fois écologique et politique, journal qui annonce la fin du monde avec une équipe dérivée de Charlie Hebdo. Passons sur l’Agent Orange, la dioxine, déversé par les Américains sur le Vietnam et les Vietnamiens (1961-1971) et la Dow Chemical qui rachètera la Union Carbide, Bhopal 3 décembre 1984). Les années 72-73 ont été géniales : le film L’An 01 (Gébé-Doillon et quelques autres), le film La vraie nature de Bernadette (de l’autre côté de la flaque, Gille Carle), Comme un arbre dans la ville ou San Francisco de Maxime Le Forestier (sans oublier… Parachutiste). Peace, love and freedom, les petits foulards indiens… Et arrivons au 16 mars 1974 (le ministre de l’environnement est Robert Poujade, maire de… Dijon). – 16 mars 1974, c’est la manifestation des Amis de la Terre contre le projet de voie sur berge Rive gauche à Paris (j’y étais, mais si !). Quelques gaz lacrymogènes au passage. Indignation. 2 avril, mort du Président Pompidou 19 mai, élection du Président Giscard d’Estaing Fin 1974 : annulation du projet 1978 : relance du projet par Jacques Chirac 2012 : fermeture par Bertrand Delanoé, maire de Paris. Avec ouverture de la promenade André Gorz, auteur d’Ecologie et politique (1975). Succession rapide de dates pour deux constats-interrogations : o Les temporalités : finalement on a gagné mais au prix de… o Liaisons complexes, sinon dangereuses avec le Politique. Par exemple, le ministre de l’Environnement de Giscard d’Estaing qui arrête le projet est… le Duc d’Ornano qui a aussi piloté le premier plan nucléaire civil de la France. Et cela tombe bien… Pendant son ministère, on ferme donc la voie sur berge ET, en même temps, le 31 juillet 1977, c’est 60 000 manifestants et la mort de Vital Michalon, enseignant de Physique et militant anarchiste lors que nous manifestions contre le surgénérateur de Creys-Malville (entre Lyon et Grenoble). Creys-Malville ferme en 1988. Conflit social entre militants écologiques et employés. 6 septembre 1997 paraît la Lettre des Ecologistes pour le Nucléaire. Démantèlement. Incident-incendie en 2020… Temporalités et liaisons dangereuses avec le politique. Et encore, je vous passe le 10 juillet 1976 : Seveso (la dioxine-le retour, pas mal d’animaux morts mais pas beaucoup de cancers et un seul mort humain : Paolo Paoletti, directeur de production, assassiné par le Groupe Prima Linea le 5 février 1980). Troisième tension, après temporalités et liaisons dangereuses avec la politique : émotion et distance critique. Passons aussi sur le 16 mars 1978, c’est la marée noire de l’Amoco-Cadiz dans le nord de la Bretagne (je suis allé sauver quelques mouettes) et poussons un tout petit peu plus loin : 1979. – Accident à la centrale nucléaire de Three Miles Island : 28 mars 1979. Sortie du film China Syndrome prévue en avril 1979 (avec Jack Lemon qui recevra un Oscar à Cannes en 1980, Mickael Douglas (qui le co-produit) et Jane Fonda (bien sûr). Enfin, sortie repoussée : « Le Studio Columbia retire le film de plusieurs cinémas, par peur de donner l’impression de profiter de l’incident nucléaire ». Soupe hollywoodienne, anticip-action, mais médias populaire… Entre émotion (ah, Jane Fonda) et distance critique. La distance critique serait ici représentée par la première intervention SIC : Construire l’événement. Les médias et l’accident de Three Mile Island (1981, Eliseo Veron). Les médias, pas China Syndrome. Nous sommes au 22e congrès de la Sfsic. Notre premier congrès a été tenu du 21 au 23 avril 1978 : aucune mention de Seveso ou de Creys-Malville, aucune motion sur l’Amoco-Cadiz ou Vital Michalon. Simultanéité, oui. Concomitance, non. Dans les années qui ont suivi, de nombreux articles sont sortis renvoyant à « écologie politique ». On y trouve sciences, politique, économie, monde associatif, monde pédagogique, la pédagogie pour l’environnement, très productive dans les années 80. Pratiquement jamais le mot « médias » et jamais le mot « communication ». Simultanéité, oui. Concomitance, non ! Après discussion avec Bernard Miège, le manque d’intérêt pour les questions environnementales, fut, semble-t-il, assez durable. La priorité pour Eliseo Veron, avec l’accident de Three Miles Island, c’était la construction médiatique de l’événement et non les conséquences écologiques et les implications sociétales. La convergence des luttes a donc eu du mal à se mettre en place, socialement, politiquement et… SICment ! La distance critique ne mettrait-elle pas de la distance émotionnelle ? Laissons de côté l’importance de jeter un simple coup d’œil sur le passé, une sorte de « culture de notre champ ». Il nous reste : – L’émotion et la distance critique (et donc, objets médiatiques populaires, vie sociale des médias, communication engageante, savoirs et communication). L’émotion et la distance critique et… nous… – Nous, parmi les acteurs – avec, à côté… militants, association, ONG, politiques (éthique de la recherche, engagement personnel, peut-être sommes-nous des « sujets communicants » comme un des moteurs de l’engagement des autres. Quel est notre profil épistémologique de nos types d’engagement ? Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout, émotionnellement, intellectuellement, globalement. non inscrit, inscrit dans une association, encarté dans un parti politique, neutre (en carbone) ou froidement. Qui est pour la réintroduction des loups ? Qui est pour les canons à eau ? Qui est pour l’augmentation de la taxe carbone ? Qui a vu Le silure de la peur ? Ni Marx, ni Tarzan. Vive le GER…


Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en communication scientifique et environnementale Université Grenoble Alpes (UFR LLASIC Institut des Médias et de la Communication) Conservatrice du Patrimoine Naturel (Ville de Grenoble)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search