Représentations et perceptions des risques naturels (colloque 7 et 8 juin 2021)

Université de Clermont Auvergne MSH Clermont-Ferrand

Organisateurs :

Alary, Viviane – Université Clermont Auvergne / CELIS

Rouquette, Sébastien– Université Clermont Auvergne / Communication et Sociétés

Van Wyk de Vries, Benjamin – Université Clermont Auvergne / Laboratoire Magmas et

Volcans

Ces deux journées d’études s’inscrivent dans une série qui a débuté en décembre 2018 au sein du projet Interactions Risques et Représentations Socioculturelles (inteRRsoc) du challenge 4 « Risques naturels catastrophiques et vulnérabilité socio-économique », CAP 20-25. Chacune des journées d’études qui se sont succédé vise à contribuer à l’étude et compréhension des interactions complexes entre sociétés et catastrophes naturelles. Ainsi les travaux menés et en cours ont été consacrés 1) à la prévention des risques, à la résilience territoriale et à la gestion du risque ; 2) à la problématique de ce qui peut paraître parfois comme une mission impossible, à savoir l’harmonisation des façons de voir et/ou de faire, face à une situation de risque naturel ; 3) aux retours d’expérience sur les stratégies et scénarios réduisant la vulnérabilité des sociétés face aux risques naturels et environnementaux.

Ce cycle se clôt par un retour aux questionnements qui ont présidé à la constitution du groupe qui a réuni des chercheurs de disciplines différentes (sciences de l’information et de la communication,

volcanologie, littérature, anthropologie, géographie, psychologie, géo-physique, linguistique), à savoir la représentation – c’est-à-dire ce qui rend manifeste une réalité absente –  du risque naturel. Analyser et

réfléchir aux façons de représenter le risque naturel permet de déterminer les « formes de connaissance socialement élaborées et partagées […] concourant à la construction d’une réalité commune » (Peretti- Watel, 2000. p. 200).

La thématique de cette 3ème édition sera centrée sur les représentations et les perceptions des risques naturels (risques volcaniques, sismiques, inondations, incendies, avalanches, pandémies, etc.), deux dimensions complémentaires de la communication dans la gestion des risques naturels.

naturel.

L’étude des représentations se centre sur les images et discours produits autour d’un risque

Il peut s’agir de discours médiatiques véhiculés par les journaux, radios et magazines télévisés ; des commentaires sur ces risques diffusés en ligne (site internet, réseaux sociaux, blogs). Cela concerne également l’étude des discours produits par les services de communication des agences et acteurs en charge de ces risques (collectivités, Etat, agences de prévention, etc.).

Il peut s’agir également des discours autour des catastrophes et du risque naturel véhiculés par la création littéraire et artistique, création qui se nourrit et dans le même temps participe des représentations

collectives et des imaginaires sociaux. L’étude de ces productions induit que l’on s’intéresse tout autant au

risque naturel représenté, à l’intentionnalité de l’acte de création – faire savoir ce qui s’est produit, témoigner sur ce qui a été vécu et perçu, susciter une prise conscience, etc.- qu’au fait même de sa

représentation, c’est-à-dire au processus de sémiotisation de l’écriture du risque naturel et de sa gestion.

L’étude des perceptions des risques permet, entre autres, d’évaluer l’impact de ces représentations. La perception sera considérée ici comme l’étude des différences façons de voir son environnement « à l’origine du jugement du caractère risqué d’un certain nombre d’activités, substances, technologies ou situations » (Chauvin, 2014, p.19). Les recherches centrées sur les perceptions des risques évaluent les manières – plurielles et complexes – dont la population perçoit son environnement et les risques considérés. Une telle approche permet de répondre aux questions suivantes :  quels risques sont considérés comme majeurs par la population ? Comment ces risques sont-ils appréhendés et pourquoi le sont-ils de cette façon ? Quelle importance la population ciblée accorde-t-elle plus spécifiquement aux risques naturels évalués comme préoccupants par les experts?

Au carrefour entre média, arts et sciences, l’étude des interactions « risque, représentation et perception », permet de réfléchir aux possibilités qu’offrent la communication d’une part, la littérature et les arts d’autre part, pour façonner et construire une réalité commune et partagée qui améliore la connaissance du risque naturel, la prise de conscience et la qualité de la communication entre les acteurs impliqués dans sa réduction, en particulier, la communication entre les scientifiques et les autres acteurs de la société potentiellement exposés aux risques.

Entre autres objectifs, les communications proposées pourront dès lors analyser les représentations et les réceptions de différents risques naturels sous différents angles (liste non exhaustive):

–    Quels facteurs communicationnels jouent sur les perceptions d’un risque naturel ?

–    Quels facteurs personnels et sociaux facilitent la prise de conscience des risques naturels ?

–    A quelles conditions médiatiques, sociales ou imaginaires, les habitants/lecteurs prennent-ils en compte le savoir scientifique, voire les données produites par les experts ?

–    Quelles méthodologies quantitatives ou qualitatives d’études sont-elles adéquates à l’étude des

perceptions des risques naturels auprès de populations locales ?

–    Quelle  place  réservée  au  imaginaires  sociaux  et  aux  héritages  culturels  (mythes,  légendes,

cosmogonies et croyances)?

–    A quelles conditions médiatiques les aléas naturels locaux font-ils l’objet d’un traitement médiatique

important, notamment national ?

–    A quelles expériences sensibles nous invitent l’art et la littérature pour connaître, penser le risque naturel et se l’approprier ?  Dans quelle  mesure  les productions  culturelles en  général (cinéma, littérature, peinture, bande dessinée, jeux vidéo, etc.) sont un levier intéressant ?

–    Quelles représentations, interprétations du risque, ambivalence des perceptions nous renvoient les

productions culturelles ?

–    Sous quelles conditions l’art et la création jouent un rôle de médiation (éducatif, interactif, préventif, réflexif, etc.), entre les institutions, les experts scientifiques et une population donnée ?

Les  propositions  de  communication  attendues  devront  prendre  appui  sur  un  cadre  théorique  et méthodologique précis et privilégier des études menées sur un corpus ou un terrain clairement identifiés.

Retours d’expériences

Un temps sera consacré aux retours d’expériences sur :

– l’utilisation des formes d’art pour sensibiliser, informer ou divulguer des savoirs scientifiques (projet en cours, description, évaluation, partage de méthodologies et des préconisations), en particulier, autour de l’utilisation de la bande dessinée et des arts associés (dessin animé, album, jeux vidéo, etc.).

– les enquêtes de réception de campagnes de communication sur les risques (projet en cours, présentation méthodologique et résultats, préconisations).

FÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

Gagnon, Alex, « Représentation », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le lexique socius,

URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/189-representation, page consultée le

10 janvier 2021.

Chauvin, Bruno, La perception des risques, 2014, Louvain De Boeck Supérieur, 210 p. Peretti-Watel, Patrick, « Sociologie du risque, 2000, Paris, Armand Colin, 286 p.

DATES : 7-8 Juin 2021

LIEU : MSH, 4 rue Ledru, Clermont-Ferrand

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les propositions de communication sont à envoyer à Viviane Alary (viviane.alary@uca.fr), Sébastien Rouquette (Sébastien.rouquette@uca.fr) et Benjamin van Wyk de Vries (Ben.vanwyk@uca.fr). Elles se présenteront de la façon suivante :

–     Première page : titre de la proposition, auteur(s), rattachement institutionnel et coordonnées, mots- clés (5 maximum) ;

–     Deuxième page : titre et proposition de communication en 4000 caractères maximum (espaces compris), hors bibliographie.

CALENDRIER :

–    Date limite de soumission des propositions de communication : 7 mai 2021

–    Réponse aux auteurs : 17 mai 2021

Un ouvrage collectif rassemblant une sélection des communications révisées pour publication, prolongera cette manifestation.

COMITÉ SCIENTIFIQUE :

Alary, Viviane – Université Clermont Auvergne / CELIS

Boisson, Dominique Université d’Etat d’Haïti /Unité de recherches en Géosciences

Chaudet, Chloé Université Clermont Auvergne / CELIS

Guilbaut, Marie-Hélène Instituto de geofísica /UNAM, Mexique

Jacquez, Lise, Université Clermont Auvergne / Communication et Sociétés

Morin, Julie Université de Cambridge / Géographie

Revet, Sandrine Sciences po Paris / CERI

Rouquette, Sébastien– Université Clermont Auvergne / Communication et Sociétés

Suraud, Marie-Gabrielle, Université Toulouse 3 / CERTOP

Van Wyk de Vries, Benjamin – Université Clermont Auvergne / Laboratoire Magmas et Volcans


Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en communication scientifique et environnementale Université Grenoble Alpes (UFR LLASIC Institut des Médias et de la Communication) Conservatrice du Patrimoine Naturel (Ville de Grenoble)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search