Bruno DAVID, A l’aube de la 6ème extinction – Comment habiter la Terre, Paris : Grasset, 2021, 256 p. par Daniel Raichvarg Professeur des Universités

Bruno DAVID, A l’aube de la 6ème extinction – Comment habiter la Terre, Paris : Grasset, 2021, 256 p.

Daniel Raichvarg

Professeur des Universités

Président d’honneur de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication

Lab. CIMEOS, Université de Bourgogne

L’Apis est partout sur l’anthropo-scène ?

« Blanche-neige ou Pinocchio étaient entourés de plus de 20 espèces animales, Mulan n’avait eu droit qu’à 6 et Ratatouille qui concocte ses bons petits plats à Paris encore moins » constate Bruno David dans A l’aube de la 6ème extinction – Comment habiter la terre (p. 119), reprenant une étude de chercheurs du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN). Il estime que cela « traduit une forme de déconnexion des dessinateurs qui se répercute sur le jeune public ». Bon, d’accord, il y a aussi eu tout de même des odes dessin-animesques à la biodiversité : Les Pirates bon à rien, mauvais en tout (Aardman Animation Studios et Sony Pictures Animation), Rio 1 et Rio 2 (Twentieth Century Fox Animation) et L’Âge de glace 1 et 2 et 3 et 4 et 5 (Blue Sky Studios)…

Si je commence par cette citation, cette information, c’est pour 3 raisons que l’on peut « séparer » pour des raisons d’analyse et qui font l’intérêt de ce livre pour nous, chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication :

  • A l’évidence, cette « anecdote » est un fait médiatique : mise en média d’un fait scientifique (probablement non conscientisé par ses créateurs), jeu de 4 acteurs sociaux organisé par des questions communicationnelles (les dessinateurs qui s’adressent au jeune public, le tout sous le regard des scientifiques du MNHN sans oublier les producteurs – industries culturelles obligent : y’a pas que Disney dans la vie des jeunes), le tout sur fond de représentations du monde. Le livre de Bruno David fourmille de faits médiatiques : ah ! Les dossiers de l’écran de 1979 avec Claude Allègre et le Commandant Cousteau, en chœur : « On commence à me casser les oreilles avec cette histoire de CO2 » (p. 155). Vive la média-diversité…
  • L’« anecdote » devenue scientifiquement parlant « disparition de représentations sociales de la biodiversité » n’est qu’une des nombreuses informations de l’ordre du biologique que ce livre contient (et qui sonnent comme une réponse à l’appauvrissement représentationnel de la biodiversité). Soit l’abeille (Apis mellifera). L’Apis est partout dans les médias et dans la tête des gens, depuis Die Biene Maja und ihre abenteuer, ouvrage des années 20-30 (il est absolument nécessaire de se reporter à la page écrite par Mathilde Lévêque : https://theconversation.com/maya-labeille-une-histoire-meconnue-de-la-litterature-de-jeunesse-142862). Sous la plume de Bruno David, elle n’apparaît qu’en deux petites occasions. L’Apis n’est pas partout (et c’est tout de même plus propre écologiquement parlant parce que trop de nitrates… : ça y est, vous avez compris ?) par rapport aux Gammares de l’Est du delta du Danube, qui ont profité des canaux pour migrer et venir assassiner les Gammares de l’Ouest, aux Cônes (important la conotoxine, comme écrirait Charlie Hebdo), au Teilhardina (Priez pour lui) et à la Gadus morhua (p. 165-167 : 3 pages pour un exemple majeur : commencez le livre par la Morue, là !). Ajoutons les informations climatiques (Gare aux clathrates des sols de Sibérie qui sommeillent sous nous et qui vont bientôt péter à notre grande gueule ouverte, p. 151), économiques (Vous savez combien ça coûte d’amener vos enfants à l’école en voiture, p. 189-190), politiques (Donald has just been fired… Welcome back, John Kerry !), et, bien sûr, paléontologiques (Gare aux paléo-taux – c’est le temps des taux de CO2 du passé, qui sont plus ou moins létaux, p. 154). Ce livre fourmille de données qu’il nous faut considérer comme brutes lorsqu’elles deviennent faits communicationnels, comment elles deviennent, quand elles le deviennent, pourquoi elles le deviennent (ou pas !), si elles le deviennent. Vive la data-diversité…
  • L’ « anecdote », enfin, est une production (2014) d’une équipe de scientifiques autour d’Anne-Caroline Prévot, directrice du Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation (MNHN). Anne-Caroline Prévot a soutenu sa thèse (1996) en Biologie des populations et écologie sur le sujet suivant : Rôle de la dispersion dans la dynamique d’une population de mouette rieuse “Larus ridibundus L.”. Une des thèses qu’elle dirige présentement pointe le chemin institutionnel et de chercheure parcouru : Eduquer l’attention, organiser les affects. Les technologies de l’implication dans les sciences participatives. Elle a dirigé avec Cynthia Fleury (Anthropologie, CNRS) Le souci de la nature. Apprendre, inventer, gouverner (2017). Sans compter avec les études pour le programme « Vigie-nature école », les entretiens (Libération sur « l’amnésie environnementale », 20 minutes sur « sous les pavés, la biodiversité », France Inter et « le besoin de nature » ou « Biodiversité et société : la réconciliation ») et le travail de production artistique avec Johanne Clavel, danseuse et chargée de recherche au CNRS « Les pigeons dansent la ville » (https://vimeo.com/210166062, 15’30 de total-bonheur : et, à deux moments, de 11’ à 11’05 et de 13’ à 13’05 de cette vidéo-dansée, la grue Caterpillar sur les bords du Canal St Martin à Paris et la musique de René Aubry, total-émotion… Donc des déplacements scientifiques, une implication dans l’action, mieux : un engagement. Des déplacements dont il conviendrait de mettre à jour les causalités : la mouette ? l’approche environnementale de la mouette ? Gaston Lagaffe ? Une implication dont il conviendrait de comprendre les chemins (car tous ne mènent pas à la danse ou aux dessins animés, à un appétit pour les productions culturelles et à l’interdisciplinarité). Un engagement dans les sciences participatives dont il conviendrait d’écouter le quotidien. Ce portrait est à peine différent de celui que l’on pourrait dresser de Bruno David, paléontologue, biologiste, toujours partant pour participer aux événements dits de « culture scientifique », de « vulgarisation des sciences » (et peu lui importe d’ailleurs la dénomination : pour lui, cela fait partie du job…) – qu’ils me pardonnent tous les deux le traitement ainsi réservé.

Nous discutions lors des Journées du GER d’engagement et des héros-hérauts. Un mélange détonnant entre engagement ou dénigrement, militants de toutes obédiences, journalistes de tous événements, scientifiques de tous poils, politiques de tous bords et de toutes contradictions (cf Jean-Luc Mélenchon, son avatar et sa taxe sur le diesel à géométrie électorale variable selon les opportunités de porter un gilet jaune ou un gilet vert) et… entre héros et héraut (quel joli titre, belle heuristique comme on dit, beau programme aussi !). De nombreux ouvrages ont vu le jour (attention aux idées reçues car l’industrie du papier a fait de gros progrès, question bilan environnemental…) : il y a quelques semaines une grande table leur était consacrée à la FNAC (à Paris). Ces livres expriment les points de vue de nombreuses personnalités, enfin celles qui ont pignon sur éditeurs. Beaucoup sont issues du monde scientifique. L’occasion peut-être de se pencher sur cette question : que penser, comment interpréter, que dire de leur engagement – et sont quasi-exclusivement des gens pour l’interrogation sociétale (que faisons-nous de notre Terre ?) et pour l’engagement dans le combat, à leur manière. Pour produire de l’engagement ? Qui sont-ils alors ? C’est quoi leur « engagement » ? Entre un Aurélien Barrau qui est inquiet depuis qu’il a vu la biodiversité disparaître dans un trou noir, un Cédric Villani qui va forcément trouver la solution en régulant les migrations salvatrices des morues ou des singes grâce à l’IA, et… Bruno David. Entre une Elizabeth Kolbert qui, connaissant bien Dante, nous promet l’enfer, une Greta Thunberg dont le voilier a permis au Yacht Club de Monaco et à BMW de faire du Green washing, et… Anne-Caroline Prévot ? Comment apportent-ils « la science au chevet de l’environnement », pour reprendre le titre du dernier dossier du CNRS ? En héro(ïne)s ? En héraut(es) ? C’est peut-être parce qu’on n’est pas un héros ou une héroïne qu’on est un vrai héraut, une vraie héraute…

Ah, j’oubliais tout de même ce qui m’avait fait entrer dans le livre, au début, quand je l’ai reçu : c’est l’Anthropocène !

En effet, suite à notre colloque, je me demandais si l’abeille était un bon objet communicationnel pour aborder les questions de biodiversité et d’environnement – voire, justement, d’Anthropocène ? L’abeille n’était-elle pas « un objet-obstacle » (pour faire à la « Bachelard »), « un objet communicationnel-obstacle » ? Le livre de Bruno David aurait tendance à conforter cette idée, en renvoyant l’abeille dans ses ruches – bon d’accord, il oublie de parler du Varroa destructor.

Mais quid de l’Anthropocène ? Est-ce un concept ? Si oui, alors, il faut traiter de son histoire, de sa construction progressive, de sa pré-vie, avant que le mot donne corps à la chose (mais alors à la « Foucault »), de son extension et de sa compréhension (mais alors à la « Canguilhem »). Est-ce un concept communicant ? Il faut alors en retracer les usages et sa vie communicationnelle. Cela commence à être fait, ici ou là. Mais n’est-ce pas un « concept-obstacle », « un objet communicationnel-obstacle ? Le livre de Bruno David aurait, là aussi, tendance à confirmer cette idée. Bruno David n’aborde la question qu’à l’avant-dernier chapitre et sur deux pages et demie, ne semblant pas trop lui accorder d’importance. Après nous l’avoir déconstruit – ou plutôt reconstruit en l’inscrivant dans des temporalités non… anthropiques -, il le réduit à un mot : « Il permet de mettre un nom sur une réalité : l’implication inédite de l’Homme dans des bouleversements importants de la planète », tout en lui donnant, quand même, un rôle… communicationnel : « Il permet de mettre un nom sur une réalité » et, donc, de parler de cette réalité. On a déjà vu le cas en histoire des sciences : le mot « microbe » n’a eu qu’un intérêt conceptuel et scientifique limité mais a eu le mérite, en mettant un mot sur la chose, en dénommant la chose, de lui faire faire le tour du monde, à la chose et à son cortège – maladies, épidémies, pandémies… (cf Bruno Latour et…, pour le coup, Daniel Raichvarg). Ce n’est pas beaucoup, mais ce n’est déjà pas si mal, « Anthropocène » a aussi son cortège : biodiversité, GIEC, CDB, paléo-taux létaux, bilan Carbone et sa taxe ad hoc… 6ème extinction ? Collapsologie ?

Tout au long de l’ouvrage, les phrases de Bruno David sont courtes. Comme des données brutes, elles engagent à l’ouverture plutôt qu’à la fermeture du discours, elles sonnent comme des suggestions communicationnelles, conduisant à de multiples questions, de multiples échanges. Les chapitres sont courts également : ils sonnent comme des suggestions organisationnelles, conduisant à de multiples séminaires à géométrie organisationnelle variable. Ainsi, « plus wonderful que la pile Wonder, le discours de Bruno David ne s’use pas si l’on s’en sert, au contraire, il augmente », en paraphrasant Barbara Cassin.

Ce livre est à mettre entre différentes mains : le public (un peu, encore que…), les décideurs et les politiques (beaucoup), les chercheurs en Sciences de l’Information et de la communication (passionnément).

Respectueux hommages à François Allard-Huver et à Maia, du genre Apis-é-partout.


Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en communication scientifique et environnementale Université Grenoble Alpes (UFR LLASIC Institut des Médias et de la Communication) Conservatrice du Patrimoine Naturel (Ville de Grenoble)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1011-art dit :

    Sur ces problématiques, petit échange en dessin ! Je viens de réaliser une nouvelle série aux crayons de couleur évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir : https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html
    Mais aussi par la série “Panta rhei” sur le sujet de la pollution dans les océans https://1011-art.blogspot.com/p/ordre-du-monde.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search