« Récit environnemental et construction des modèles culturels dans la presse écrite de Kinshasa (RDC) » : Soutenance publique de la thèse de monsieur Pudens Malibabo.

La Soutenance publique de la thèse de monsieur Pudens Malibabo («Récit environnemental et construction des modèles culturels dans la presse écrite de Kinshasa (RDC) ») se tiendra en distanciel le 18 novembre à 16h00. rejoingnez celle-ci ici : https://uclouvain.be/fr/facultes/espo/evenements/pudens-malibabo-lavu.html

Voici le résumé de cette thèse de doctorat :

   Résumé de la thèse : “Comment les modèles culturels des journalistes relatifs aux effets écologiques de l’habitat humain (déchets, pollutions, érosions, etc.) se présentent comme des entités potentiellement agissantes et dynamiques, à travers les éco-reportages dédiés à ces effets et les propos des journalistes eux-mêmes sur les conditions de production de ces éco-reportages ? Telle est la question fondamentale de la présente thèse. Pour y répondre, l’étude inscrit le triptyque « journaliste – modèle culturel – texte » au cœur de l’analyse de la configuration du sens des discours journalistiques sur les constructions anarchiques, les déchaînements des phénomènes de la Nature (pluies diluviennes, inondations, érosions et sécheresse) et les pollutions (sonore, du sol, de l’air et des eaux). De là, elle procède par une triple analyse, sémantique, structurale et narrative, d’un corpus de trois-cent-trente-cinq éco-reportages de 2011 et de 2016, et de vingt-huit heures et demie d’entretiens semi-directifs réalisés avec vingt-quatre journalistes en fin 2016 – début 2017 sur les conditions sociales et professionnelles de production de ces reportages. Au terme de la triple exploration de ce corpus, le triptyque « population – pouvoirs publics – journaliste » s’est révélé comme le nœud de la compréhension des modèles culturels en question. L’étude parvient à démontrer que ces modèles culturels impliquent un double jeu d’omission de certaines causes anthropiques et de certains effets de la dégradation de l’habitat humain. Ils sont stables et durables entre 2011, 2016 et 2017. Le journaliste les a assimilés entre autres auprès de ses parents et durant son cursus scolaire et académique. Ils sont de l’ordre « des contraintes ou des potentialités qui s’ancrent dans le système d’action – familial, amical ou professionnel – dans lequel [le journaliste est engagé] » (Alami, et. al., 2009 : 14). Ces contraintes et potentialités sont bien présentes dans les expériences personnelles et professionnelles du journaliste avec l’environnement, lesquelles expériences comportent les raisons d’écriture d’informations journalistiques analysées. Liés à ces expériences et sous-jacents à ces informations, les modèles culturels identifiés dans cette étude sont fortement dysfonctionnels, étant donné qu’ils impliquent davantage des facteurs qui ne servent pas à l’assainissement de l’habitat humain. Mais, entretemps, ils tendent faiblement à mobiliser certaines actions individuelles et collectives qui assurent la salubrité publique. De ce fait, par rapport à la population, qui est directement touchée par le problème d’assainissement urbain et se démène parfois à sa manière pour s’en sortir, et les pouvoir publics, qui sont censés y remédier de façon efficace et durable, le journaliste s’auto-définit comme un veilleur-lanceur d’alerte en assainissement urbain. Dans cette position, il se présente comme n’ayant qu’un seul objectif : éveiller les consciences pour que l’environnement soit assaini des constructions anarchiques, des déchets, des inondations, des érosions et des pollutions”.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search