AAC « Penser l’articulation entre environnement et culture» (délai : 11 septembre 2020)

Dernière ligne droite pour répondre à l’AAC Penser l’articulation entre environnement et culture qui se tiendra dans le cadre des 14e Journées de recherche en sciences sociales INRAE, SFER et CIRAD les 10 et 11 décembre 2020 à Clermont-Ferrand (session spéciale). Les papiers (versions intégrales, même provisoires, en anglais ou en français) devront être déposés au plus tard le 11 septembre 2020 (à 12h) sur la plateforme dédiée (CMT) : https://www.sfer.asso.fr/event/view/41

Les propositions interrogeront le(s) lien(s) entre culture et environnement (les antagonismes, les tensions, les articulations…). La session vise particulièrement des articles relatifs au sous-secteur culturel des arts vivants destinés à être mis en scène en présence physique de spectateurs à l’instar des festivals de musique et de danse, des performances ou des installations. Ce sous-secteur partage des problématiques environnementales communes face aux limites physiques de la planète (questions de mobilité des publics et des artistes, de consommations énergétique et matérielle, de composition de menus non carnés pour le catering…). Les propositions pourront s’inscrire dans l’un ou l’autre deux axes suivants :

Axe 1 : Art environnemental ou greenwasching ? Le rôle de la culture dans le combat contre les changements globaux

La culture a, comme les autres secteurs, un impact sur l’environnement (Bottril, Liverman, Boykoff, 2010 ; Gibson, Wong, 2011). C’est notamment ce qu’affirme l’association caritative londonienne Julie’s Bicycle qui intervient auprès des professionnels de la culture pour les orienter vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Dans un guide publié en 2011 à l’intention de ces professionnels (Julie’s Bicylce, 2011), l’association soutient qu’en 2009 l’impact total des émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par les tournées des compagnies de théâtre du Royaume-Uni a été d’environ 13 400 tonnes de Co2. Cela équivaudrait à faire le tour du monde en voiture 1 500 fois.

Face à ce discours, comment les acteurs de la culture (professionnels et autorités publiques) réagissent-ils ? Quels acteurs participent à mettre la culture au service de l’environnement ? Comment se coordonnent-ils ? Les actions mises en œuvre sont-elles efficaces ou ne sont-elles que des actions de façades ?

Certains auteurs dénoncent le greenwasching culturel (Miller, 2017) ou développent une approche critique à l’égard de festivals qualifiés de « durables » (Zifkos, 2015) et en montrent les contradictions (Brennan, 2019). D’autres démontrent la contribution des évènements culturels dans le changement des comportements et la sensibilisation des publics (O’Rourke, Irwin, Straker, 2011 ; Jack, 2013 ; Mair, Laing, 2013). Les festivals sont alors pensés à la fois comme des lieux de plaisirs et d’action politique (Sharpe, 2008). L’art devient un outil d’éducation à l’environnement dans les mains, par exemple, d’organisations de conservation de la nature (Curtis, 2011) ou dans les réserves de biosphères (Marks et al., 2017). Il peut être mis au service de populations locales en tant qu’instrument de justice environnementale (Demos et al., 2013). Parfois, des projets artistiques similaires, comme la “mise en art” de la géodiversité, servent en réalité des stratégies territoriales différenciées qui vont de la médiatisation éco-artistique et de la conservation patrimoniale d’un paysage à l’hyper-promotion et à la mise en tourisme d’un territoire périphérique (Guyot, 2019).

D’autres cherchent plutôt à découvrir les conditions dans lesquelles une œuvre culturelle peut s’avérer utile pour lutter contre le changement climatique (Manzo, 2017) ou du moins faciliter la compréhension qu’en ont les gens (Doyle, 2009). Des économistes et des chercheurs en sciences de gestion proposent des solutions pour réduire l’impact environnemental lié au déplacement des publics (Collins, Cooper, 2017), mieux gérer les déchets (Cierjacks, Behr, Kowarik, 2012 ; Martinho et al., 2018), inclure dans le prix des spectacles le coût de la compensation carbone (Connolly et al., 2016) ou encore économiser l’eau (Browne, Jack, Hitchings, 2019).

Enfin, au-delà de son potentiel éducatif de transformation des comportements, la culture peut permettre de modifier la cosmologie des publics, les aider à s’approprier la problématique environnementale et du vivant par de nouveaux récits (Arènes, Grégoire, Aït-Touati, 2019).

Axe 2 : L’environnement : un soutien à ou une instrumentalisation de la culture ?

En quoi l’environnement constitue-t-il une opportunité pour le secteur culturel ? La culture est-elle revalorisée lorsqu’elle joue le rôle de messagère de l’urgence environnementale ? Depuis les années 1990, les gouvernements nationaux et les autorités locales demandent à la culture de démontrer sa contribution à l’économie d’un territoire, sous peine de réduire les soutiens financiers qu’elle se voit accorder, comme c’est le cas dans le secteur de la musique live au Royaume-Uni (Behr, Brennan, Cloonan, 2016). En 2013, la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et de compositeurs évaluait le poids économique des industries culturelles et créatives à 2 250 milliards de dollars et à 3 % du PIB mondial (CISAC, 2015). Dans ce contexte, le travail d’éveil des consciences, de sensibilisation des publics à l’environnement ne montre-t-il pas que la culture répond à d’autres valeurs fondamentales qui la rendent tout autant digne d’être soutenue ? L’environnement donnerait un nouveau souffle à la culture. Il lui permettrait de s’appuyer sur un nouveau registre de justification. Il constituerait également une source d’inspiration renouvelée avec le développement, par exemple, de l’anthropocènart (Ardenne, 2018) ou des anthroposcènes à travers lesquelles la culture pourrait trouver un fil de narration, celle d’une nouvelle relation au vivant, une scénographie de l’Anthropocène (Arènes, Grégoire, Aït-Touati, 2019).

À l’inverse, l’environnement joue-t-il contre la culture ? Contre l’affirmation de ses valeurs intrinsèques ? Contre la mobilité internationale, les libertés de création et de programmation, par exemple ? Contre le déploiement des supports physiques de production et de diffusion de ses œuvres immatérielles ? Qu’est-ce qui pousse les professionnels de la culture à entreprendre des démarches éco-responsables ? Se conforment-ils librement (pour reprendre l’expression de R. Epstein (2012) pour qualifier le gouvernement à distance) aux projets des autorités publiques ? Qu’y gagnent et qu’y perdent-ils ?

En Europe notamment, les années 2000 représentent l’âge d’or du paradigme du développement urbain par la culture. L’ « effet Bilbao », qui a vu naître la Cité des Arts et des Sciences à Valence, le Guggenheim Museum à Bilbao ou la Fjord City à Oslo, s’épuise par manque de retombées économiques. D’autres objectifs sont assignés à la culture, comme la démocratisation des pratiques via des politiques de décentralisation des évènements culturels (Djakouane, 2014) ou encore l’expérience, la participation et l’environnement (Myrvold, Wergeland, 2018). L’instrumentalisation de la culture perdure, mais sous des formes renouvelées. Quels sont les impacts de l’instrumentalisation de la culture pour des fins environnementales ? Quelles tensions apparaissent entre la culture au service de l’environnement et les autres formes d’instrumentalisation de la culture (par exemple entre croissance économique, accessibilité des publics et réduction de la mobilité géographique des artistes) ? Quelles réponses les pouvoirs publics et les acteurs de la culture apportent-ils à ces tensions ?

Toute contribution originale (n’ayant fait l’objet d’aucune publication) en sciences humaines et sociales (sociologie, science politique, sciences de gestion, géographie, économie…) entrant dans l’un ou l’autre axe ci-dessus est bienvenue. Une place particulière sera réservée aux articles fondés sur un contenu empirique de qualité et aux jeunes chercheurs et aux doctorants. Ils devront comprendre une problématique, l’exposé de la méthodologie de recherche et les principaux résultats (attendus ou obtenus) avec une bibliographie à l’appui. 

La décision du Comité scientifique pour chaque proposition sera notifiée à partir du 19 octobre 2020.

Si les papiers pourront être rédigés en anglais, le français est encouragé pour l’oral de la présentation (mais pas obligatoire).

Lors du dépôt de leur contribution, les auteurs pourront indiquer leur souhait de soumettre leur article à l’une des revues partenaires des JRSS : 

-EconomieRurale ;

-Review of agricultural, food and environmental studies (RAFE) ;

-Cahiers Agricultures.

Leur proposition de communication sera alors évaluée par un membre du comité scientifique des JRSS et un membre du comité de rédaction de la revue. Au terme de cette première évaluation, un retour spécifique sera fait aux auteurs par les éditeurs de la revue, prenant la forme de conseils pour une éventuelle soumission. Les auteurs seront ensuite libres de soumettre à la revue. L’article sera alors évalué selon la procédure habituelle de la revue. 

———— 

Dear colleagues,

Within the framework of the 14th INRAE, SFER and CIRAD Social Science Research Days to be held on 10 and 11 December 2020 in Clermont-Ferrand (https://www.sfer.asso.fr/tous-les-evenements.html), a special session on the theme “Environment and culture” is organized.

Full papers (even provisional, in English or French) must be submitted no later than September 11, 2020 (at noon) on the dedicated platform (CMT): https://www.sfer.asso.fr/event/view/41. 

The proposals will question the link(s) between culture and environment (antagonisms, tensions…). The session is particularly dedicated to the cultural sub-sector of performing arts intended to be staged in the physical presence of spectators, such as music and dance festivals, performances or installations. This sub-sector shares common environmental issues facing the physical limits of the planet (issues of audience and artist mobility, energy and material consumption, composition of non-meat menus for catering…). Proposals can be submitted in one of the two following areas:

Axis 1: Environmental art or greenwashing? The role of culture in the fight against global changes

Culture, like other sectors, has an environmental impact (Bottril, Liverman, Boykoff, 2010; Gibson, Wong, 2011). In a guide published in 2011 for cultural professionals (Julie’s Bicylce, 2011), the London charity Julie’s Bicycle states that in 2009 the total impact of greenhouse gas (GHG) emissions produced by the touring of UK theatre companies was approximately 13,400 tonnes of CO2. This would be equivalent to driving around the world 1,500 times.

Faced with this observation, how are cultural stakeholders (professionals and public authorities) reacting? Which actors are involved in putting culture at the service of the environment? How do they coordinate? Are the actions implemented effective or are they only window-dressing?

Some authors denounce cultural greenwashing (Miller, 2017) or develop a critical approach towards festivals described as “sustainable” (Zifkos, 2015) and show the contradictions (Brennan, 2019). Others demonstrate the contribution of cultural events in changing behaviours and raising public awareness (O’Rourke, Irwin, Straker, 2011; Jack, 2013; Mair, Laing, 2013). Festivals are then thought both as places of enjoyment and political action (Sharpe, 2008). Art becomes a tool for environmental education in the hands, for example, of nature conservation organizations (Curtis, 2011) or in biosphere reserves (Marks et al., 2017). It can be put at the service of local populations as an instrument of environmental justice (Demos et al., 2013). Sometimes, similar artistic projects, such as the “putting into art” of geodiversity, actually serve differentiated territorial strategies that range from the eco-artistic mediatisation and heritage conservation of a landscape to the hyper-promotion and tourism development of a peripheral territory (Guyot, 2019).

Others seek instead to discover the conditions under which a cultural work can be useful in combating climate change (Manzo, 2017) or at least facilitate people’s understanding of it (Doyle, 2009). Economists and management science researchers propose solutions to reduce the environmental impact of audience travel (Collins, Cooper, 2017), better manage waste (Cierjacks, Behr, Kowarik, 2012; Martinho et al., 2018), include the cost of carbon offsetting in the price of shows (Connolly et al., 2016) or save water (Browne, Jack, Hitchings, 2019).

Finally, beyond its educational potential to transform behaviour, culture can help to change the cosmology of audiences, helping them to take ownership of environmental and living issues through new narratives (Arènes, Grégoire, Aït-Touati, 2019).

Axis 2: The environment: a support for or instrumentalization of culture?

How does the environment constitute an opportunity for the cultural sector? Is culture revalued when it plays the role of messenger of the environmental emergency? Since the 1990s, national governments and local authorities have been asking culture to demonstrate its contribution to the economy, failing which the financial support it receives may be reduced, as is the case in the live music sector in the United Kingdom (Behr, Brennan, Cloonan, 2016). In this context, does not the work of raising public awareness of environmental issues show that culture responds to other fundamental values that make it just as worthy of support? The environment would give new impetus to culture. It would give it a new rationale. It would also be a source of renewed inspiration with the development, for example, of the anthropocenart (Ardenne, 2018) or anthroposcenes through which culture could find a narrative thread, that of a new relationship to the living, a scenography of the Anthropocene (Arènes, Grégoire, Aït-Touati, 2019).

Conversely, does the environment play against culture? Against the affirmation of its intrinsic values? Against international mobility, freedom of creation and programming, for example? Against the deployment of physical supports for the production and dissemination of its immaterial works? And what really drives cultural professionals to take eco-responsible steps? Do they freely comply (to use the expression of R. Epstein (2012) to qualify governments that steer at a distance) with the projects of public authorities? What do they gain and what do they lose?

In Europe in particular, the 2000s represent the golden age of the of culture-led development paradigm. The “Bilbao effect”, which saw the birth of the City of Arts and Sciences in Valencia, the Guggenheim Museum in Bilbao and the Fjord City in Oslo, is running out of economic benefits. Other objectives are assigned to culture, such as the democratisation of practices through the decentralisation of cultural events (Djakouane, 2014) or experience, participation and the environment (Myrvold, Wergeland, 2018). The instrumentalization of culture continues, but by new paths. What are the impacts of the instrumentalization of culture for environmental purposes? What tensions arise between culture for environmental purposes and other forms of instrumentalization of culture (e.g. between economic growth, accessibility of audiences and reduced geographical mobility of artists)? How do public authorities and cultural actors respond to these tensions?

Any original contribution (unpublished) in the human and social sciences (sociology, political science, management sciences, geography, economics, etc.) that falls within one or other of the above areas is welcome. A special place will be reserved for papers based on quality empirial content and young researchers. They should include a problem, a description of the research methodology and the main results (expected or obtained) with a supporting bibliography. 

The decision of the Scientific Committee for each proposal will be notified from 19 October 2020.

While the full papers may be written in English, French is encouraged for the oral presentation (but not mandatory).

When submitting their contribution, authors may indicate their wish to submit their paper to one of the JRSS partner journals: 

-Économie Rurale;

-Review of agricultural, food and environmental studies (RAFE);

-Cahiers Agricultures.

Their communication proposal will then be evaluated by a member of the JRSS scientific committee and a member of the journal’s editorial board. At the end of this first evaluation, a specific feedback will be given to the authors by the editors of the journal, in the form of advice for a possible submission. Authors will then be free to submit to the journal. The article will then be evaluated according to the usual procedure of the journal. 

Bibliography :

Ardenne P., 2018, Un art écologique. Création plasticienne et anthropocène, Bruxelles, Le Bord de l’eau.

Arènes A., Grégoire A., Aït-Touati F., 2019, Terra Forma. Manuel de cartographies potentielles, Paris, B42.

Behr A., Brennan Matt, Cloonan M., Jun2016, “Cultural value and cultural policy: some evidence from the world of live music”, International Journal of Cultural Policy, vol. 22, issue 3, p. 403-418.

Bottril C., Liverman D., Boykoff M. 2010, “Carbon soundings: greenhouse gas emissions of the UK music industry”, Environmental Research Letters, vol. 5, n° 1.

Brennan M., Collinson S. J., Connelly A., Lawrence G., May2019, “Do music festival communities address environmental sustainability and how? A Scottish case study”, Popular Music, vol. 38, issue 2, p. 252-275.

Alison L. Browne, Tullia Jack, Russel Hitchings, 2019,‘“Already existing’ sustainability experiments: Lessons on water demand, cleanliness practices and climate adaptation from the UK camping music festival”, Geoforum, vol. 103.

Cierjacks A., Behr F., Kowarik I., Feb2012, “Operational performance indicators for litter management at festivals in semi-natural landscapes”, Ecological Indicators, vol. 13, issue 1.

CISAC, 2015, Un monde très culturel. Premier panorama mondial de l’économie de la culture et de la création, étude réalisée par EY.

Collins A., Cooper C., 2017, “Measuring and managing the environmental impact of festivals: the contribution of the Ecological Footprint”, Journal of Sustainable Tourism, vol. 25, issue 1, 148-162.

Connolly M., Dupras J., Séguin C., 2016, “An economic perspective on rock concerts and climate change: Should carbon offsets compensating emissions be included in the ticket price?”, Journal of Cultural Economics, vol. 40, 101-126.

Curtis J. D., 2011, « Using the Arts to Raise Awareness and Communicate Environmental Information in the Extension Context”, The Journal of Agricultural Education and Extension. Competence for Rural Innovation and Transformation, vol. 17, issue 2.

Demos T. J. (ed.), 2013, “Contemporary Art and the Politics of Ecology”, numéro special de la revue Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 1, n° 120.

Djakouane A., 2014, « Le territoire du spectateur. Changement d’échelle et décentralisation théâtrale », Pôle Sud, vol. 41, n° 2, p. 101-115.

Doyle J., 2009, Mediating Climate Change, Routledge, Ashgate Publishing.

Epstein R., 2012, « De la différenciation territoriale à la libre conformation », dans L’action publique dans tous ses états. Différenciation et standardisation, Paris, L’Harmattan.

Gibson C., Wong C., 2011, “Chapter 6. Greening Rural Festivals: Ecology, Sustainability and Human-Nature Relations”, in Gibson C., Connell J. (eds.), Festival Places: Revitalising Rural Australia, p. 92-105.

Guyot S., 2019, « Art in situ et géodiversité : les effets socio-environnementaux d’un investissement territorial singulier dans quatre Géoparcs de France et d’Espagne », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 25, n° 4, p. 269-284.

Jack T., Jun2013, « Nobody was dirty: Cultural exhibitions as societal transition tools”, Environmental Innovation and Societal Transitions, vol. 7, p. 70-72.

Julie’s Bicycle, 2011, Guide de mobilité verte. Un guide pour le développement durable de la mobilité dans le spectacle vivant, production pour le compte du réseau On the Move.

Mair J., Laing J. H., 2013, « Encouraging pro-environmental behaviour: the role of sustainability-focused events”, Journal of Sustainable Tourism, vol. 21, issue 8.

Marks M., Chandler L., Baldwin C., 2017, “Environmnetal art as an innovative medium for environmental education in Biosphere Reserves”, Environmental Education Research, vol. 23, issue 9.

Martinho G., Gomes A., Ramos M., Santos P., Gonçalves G., Fonseca M., Pires A., Jan2018, « Solid waste prevention and management at green festivals: A case study of the Andanças Festival, Portugal”, Waste Management, vol. 71, 10-18..

Manzo K., Aug2017, “The usefulness of climate change films”, Geoforum, vol. 84, 88-94.

Miller T., 2017, Greenwashing Culture, Routledge.

Myrvold C. B., Wergeland E. S., May2018, “Participatory action in the age of green urbanism. How Futurefarmers leapfrogged the culture consumer?”, International of Cultural Policy, vol. 24, issue 3, 350-367.

O’Rourke S., Irwin D., Straker J., 2011, “Dancing to sustainable tunes: an exploration of music festivals and sustainable practices in Aotearoa”, Annals of Leisure Research, vol. 14, issue 4.

Sharpe E. K., May2008, « Festivals and social change: Intersections of pleasure and politics at a community music festival”, Leisure Sciences, vol. 30, issue 3, p. 217-234.

Zifkos G., 2015, “Sustainability Everywhere: Problematising the “Sustainable Festival” Phenomenon”, Tourism Planning & Development, vol. 12, issue 1.



Citer ce billet
Catherine GAUTHIER (2020, 2 septembre). AAC « Penser l’articulation entre environnement et culture» (délai : 11 septembre 2020). Carnet GER ComEnSS (Communication Environnement Science Société). Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n13f

Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en Sciences de l'Information Communication Université Grenoble Alpes Conservatrice du Patrimoine Naturel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search