Séminaire du CARISM « Écologie et sémiotique : pour un partage des signes »

 

Vendredi 8 mars 2024, 14h à 17h30

Organisé par Nataly Botero (Paris-Panthéon-Assas) nataly.botero@u-paris2.fr

et Marine Siguier (MCF Université du Havre, UMR CNRS IDEES) marine.siguier06@gmail.com

Lieu : ISIT, 39bis rue d’Assas 75006 Paris, salle Afrique

Des disciplines comme l’éthologie, la biologie, la linguistique et la sémiotique s’accordent sur les

capacités d’autres êtres vivants à communiquer et à énoncer. L’énonciation ouvre ainsi aux activités

de production d’un « ensemble de signes donnés à interpréter à autrui, avec une intentionnalité

particulière » (Pignier 2018 : paragraphe 9). L’écosémiotique, croisement entre écologie et

sémiotique, constitue ainsi un champ interdisciplinaire fécond pour comprendre ces énonciations

par-delà l’humain. Elle envisage les écosystèmes comme des systèmes communicatifs et souligne le

caractère coextensif entre le vivant et la sémiose. Elle permet également d’éclairer la circulation

sociale de la notion de trace (Jeanneret, 2013) : dans un contexte de destruction de la biodiversité,

la trace non-humaine (re)devient tout à coup signifiante. Les sémioses humaines, quant à elles, sont

signalées comme responsables des dégradations environnementales de grande ampleur (Maran et

Kull 2014). Les critiques formulées au concept d’anthropocène trouvent ici un écho : ce n’est pas

l’humanité dans son ensemble qui est à l’origine des dégradations, mais une partie de l’humanité.

Notre réflexion se joint à celle des chercheur·es qui appellent à l’émergence d’« un autre rapport

moral et politique avec l’ensemble des êtres vivants et avec les milieux naturels » (Boursier et

Guimont 2023 : 18). L’objectif de ce séminaire est de réfléchir à la manière dont les urgences

écologiques font évoluer nos systèmes de signification, ainsi qu’à la manière dont les matérialités

signifiantes participent à l’émergence d’une écologie de la continuité (questionnant des dichotomies

comme sujet-objet, nature-culture, identité-altérité, animé-inanimé, humain-non-humain, etc.).

Programme

14h Accueil et introduction Nataly Botero et Marine Siguier

14h10-14h50 : Trois approches pour une écosémiotique pragmatique

Nicolas Couégnas, Université de Limoges, Centre de Recherches Sémiotiques

Discussion : Nataly Botero

14h50-15h30 : Communiquer la transition climatique : notes socio-sémiotiques sur un projet vidéo sur

les « bibliothèques d’objets ». Stratégies, significations et réception

Andrea Catellani, Université Catholique de Louvain, Belgique

Discussion : Marie-France Chambat Houillon

Pause : 15h30-15h50

15h50-16h30 : Le signifiant écologique : des conditions environnementales d’existence des textualités

numériques

Laurence Allard, MCF, SIC, Université Lille-Fasest-Etudes Culturelles/IRCAV-Paris Sorbonne

Nouvelle

Discussion : Marine Siguier

16h30-17h10 : L’évolution des représentations socio-discursives de la transition écologique et

énergétique juste dans les médias

Ferenc Fodor, chercheur HDR, EDF labs

Discussion : Swan Dufour

17h15-17h30 Conclusion du séminaire



Citer ce billet
Catherine GAUTHIER (2024, 6 mars). Séminaire du CARISM « Écologie et sémiotique : pour un partage des signes ». Carnet GER ComEnSS (Communication Environnement Science Société). Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyqs

Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en Sciences de l'Information Communication Université Grenoble Alpes Conservatrice du Patrimoine Naturel

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search