Comment le vivant est travaillé par les acteurs de l’art et de la culture ? 

Comment le vivant est travaillé par les acteurs de l’art et de la culture ?

Après la tenue du séminaire « Art & écologie : terrains et pratiques pour une transition socio-écologique » qui a occupé les années 2021 et 2022, l’axe « Transitions Socio-Ecologiques, espaces publics et territoires » du laboratoire Cimeos reprend ses activités pour la rentrée 2022-2023.

Cette année le séminaire continue sa collaboration avec Artispour certaines séances et s’ouvre aussi à d’autres partenaires : Alain Chenevez (LI3S, UB) et Adrien Cassina (chercheur associé au Cimeos et responsable de l’action culturelle à la ville de Dijon) dans le but de s’ouvrir à d’autres disciplines et de lier les recherches universitaires aux acteur.e.s  du terrain. 

Les années précédentes nous avons travaillé avec Artis, sur les enjeux entre territoires et habitants et nous avons assisté aux initiatives mises en place par les collectifs (ARVIVA, The Green Room, CAGIBIG, etc.) pour favoriser la circulation des ressources et nous avons aussi échangé autour des pratiquesécologiques dans le domaine de la culture et plus en particulierdu spectacle vivant.

Aujourd’hui, nous voulons élargir ces rencontres à un public plus vaste : les acteur.e.s de la culture en sens large : des institutions aux associations en passant par les centres culturels et les médiathèque. Plus globalement nous nous adressons aux établissements et aux autres acteurs culturels et patrimoniaux comme des experts, mais aussi au milieu associatif. La volonté est de travailler la notion du vivant (humain et non humain) non seulement dans les sphères artistiques mais aussi sociales comme par exemple celles éducatives et culturelles.  Nous allons questionner la manière dont la problématique écologique impacte acteurs et structures. Observe-t-on des pratiques originales et des expérimentations sur ce point ? Quelles représentations, mémoires et imaginaires conduisent à une évolution des modes de pensée, de valeurs et d’usages ?

Les publications et les colloques les plus récents inscrits dans les Sciences de l’Information et de la Communication et plus généralement dans les sciences humaines et sociales(sociologie, anthropologie, etc.), s’intéressent aujourd’hui à une dimension plus ample de l’écologie en rediscutant la place de l’être humain et en particulier les rapports entre  les formesvivantes  pour une transition écologique plus respectueuse  de la diversité. Une remise en question de nos rapports avec l’environnement naturel et social reconfigure la place de l’action humaine au sein de la sphère publique. Notre perspective vise à étudier les relations entre politiques culturelles et causes écologiques, et s’intéresser aux relations entre les pratiques culturelles et patrimoniales et le contexte social, plus particulièrement autour de la question mémorielle et les formes de créativité. Quels sens attribuer aujourd’hui aux enjeux culturels ? Quelles perspectives sont envisagées par les acteurs culturels ?

Dans la volonté d’aborder les différentes composantes liées à la culture et au vivant, le séminaire se construira autour desrencontres thématiques spécifiques tout au long de l’année : – La première séance du mois d’octobre sera consacrée au patrimoine et à ses interrogations sur sa préservation et sa valorisation dans une dimension écologique : doit-on élargir l’aspect patrimonial à d’autres aspects du vivant et à d’autres réalités émergentes ?- La deuxième séance de décembre s’interrogera sur le sens des politiques culturelles actuelles et sur leur impact territorial à échelle régionales et/ou nationales. Quels rôles pourraient-elles jouer dans les villes et les territoires?- La troisième rencontre sera consacrée à l’édition papier et numérique dans toutes ses formes (livres d’artistes, supports de communication, livret, etc.). Comment interroger aujourd’hui ces supports à l’égard de la surconsommation numérique ?- La quatrième d’avril se tournera vers les institutions muséales dans leur diversité pour s’interroger sur leur rôle de sensibilisation, de communication et de transition écologique vers les publics.- La dernière séance de juin mettra à l’honneur les tiers – lieux et plus généralement les friches, les lieux de reconversion industrielle ou simplement les endroits qui développent des exemples de proposition de diversitéculturelle et des modèles « alternatifs » et itinérants de transition. 

Prochaine rencontre : 

Patrimoine et écologie

Le jeudi 20 octobre – 14h à 16h au 1204 Centre d’interprétation et de l’architecture du patrimoine, 12 parvis de l’Unesco à Dijon (entrée par le hall de la Cité internationale de la gastronomie et du vin).

Interventions de Laurent Cessin (animateur du patrimoine au 1204) et de Vincent Guichard (archéologue, directeur général de Bibracte, EPCC).

Entrée libre dans la limite des places disponibles. 

Pour assister à cette séance en distanciel : vous pouvez envoyer un mail à nanta.novello-paglianti@u-bourgogne.fr

2



Citer ce billet
Catherine GAUTHIER (2022, 5 octobre). Comment le vivant est travaillé par les acteurs de l’art et de la culture ? . Carnet GER ComEnSS (Communication Environnement Science Société). Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n15m

Catherine GAUTHIER

Catherine Gauthier Maître de conférences Associée en Sciences de l'Information Communication Université Grenoble Alpes Conservatrice du Patrimoine Naturel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search